OM : "il existe une influence du milieu"

  • A
  • A
OM : "il existe une influence du milieu"
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - David Garcia, auteur de Histoire secrète de l'OM, évoque les liens troubles du club.

Sur le terrain, tout va bien. Vainqueur samedi à Lorient (1-0), l'OM a fait un très grand pas vers une qualification directe pour la Ligue des champions. Mais, dans les librairies, en revanche... Jeudi, sort un ouvrage au titre explicite : Histoire secrète de l'OM. Cet ouvrage, que l'on doit à David Garcia, déjà auteur de la Face cachée de L'Equipe, s'intéresse de près aux relations troubles qui lient le club phocéen à ce que l'on appelle communément le milieu marseillais.

Des personnages sulfureux autour du club

Selon le journaliste, "il existe une présence, une influence du milieu sur ce club depuis une quinzaine d'années". David Garcia explique que cette influence s'incarne dans différents personnages sulfureux qui gravitent ou ont gravité autour de l'OM, comme Roland Cassone, mis en examen dans une affaire de blanchiment d'argent en lien avec le cercle de jeux Concorde, ou Richard Deruda, dont les intérêts du fils, Thomas, joueur de foot, sont défendus par José Anigo, le directeur sportif du club...

"Il faut une opération mains propres", estime Garcia :

"Anigo ne fait pas partie du milieu, ce n'est pas un mafieux", explique David Garcia. "Mais il a dans son entourage des personnages sulfureux : des agents troubles qui ont un casier, qui ont été condamnés, qui s'occupent de transferts de manière plus ou moins occulte."

"Il faut faire cracher le cancéreux", aurait dit Anigo

Par ailleurs, le journaliste relate une phrase d'Anigo prononcée au moment du départ de Pape Diouf, l'ancien président du club, licencié en 2009 par Robert Louis-Dreyfus, décédé quelques jours plus tard d'un cancer. "Il faut faire cracher le cancéreux", aurait alors dit Anigo à l'époque en évoquant les indemnités de départ des proches de Diouf, dont il faisait partie. Anigo avait finalement été confirmé dans ses fonctions par le conseiller de "RLD", Vincent Labrune, aujourd'hui président du club, avec une revalorisation salariale à la clé.

Pour le moment, aucune action en justice n'a été intentée contre cette Histoire secrète de l'OM, qui sort jeudi. "Je relate des faits vérifiés, confirmés, il n'y a pas de raison (d'être attaqué)", estime l'auteur, qui insiste sur le fait que la fameuse phrase lui a été confirmée par plusieurs témoins. Interrogé par le quotidien Le Parisien, l'avocat d'Anigo, Emmanuel Molina, annonce pourtant : "outre le fait que qu'ils portent atteinte à la mémoire de Robert Louis-Dreyfus et au respect que José Anigo lui a toujours témoigné, la diffusion de tels propos est passible de sanctions pénales et d'actions judiciaires." La fin de saison de l'OM risque d'être bien plus agitée dans les coulisses que sur le terrain...