Michel Platini : "je suis plus que blanc"

  • A
  • A
227 partages

INTERVIEW E1 - Le président de l'UEFA Michel Platini a démenti toutes les accusations de corruption.

Le président de l'UEFA Michel Platini a tenu à démentir toutes les accusations de corruption qui pèsent sur lui. "Je suis plus que blanc. Je n'ai ni Picasso, ni lingot, ni gaz, ni pétrole ni rien du tout", a déclaré Michel Platini, mardi sur Europe 1.

>> LIRE AUSSI - Platini et la "rumeur ridicule" sur le Picasso

Platini balaie les accusations de corruption. "Il y a beaucoup d'allégations, de rumeurs, de choses très négatives", a poursuivi Michel Platini. "Ces dernières années, j'ai été la proie de toutes les investigations possibles et imaginables de la part des détectives privés chargés de faire courir des rumeurs. Peut-être que ça date de l'époque où je pensais me diriger vers la FIFA (Fédération internationale de football), on a essayé de m'embêter".



"J'ai toujours voté par conviction".Accusé d'avoir été acheté pour voter pour la Russie et le Qatar pour l'organisation des Coupes du monde 2018 et 2022, Michel Platini balaie d'un revers de main toutes ces accusations. "J'ai toujours voté par conviction", assure-t-il mardi sur Europe 1. "Si j'ai voté pour le Qatar et la Russie, c'est que je voulais que le football aille dans de nouveaux territoires (pour y organiser un Mondial, nldr)". Le "boss" de l'UEFA estime toutefois qu'il faudra "revoter s'il y a des preuves de corruption".

>> LIRE AUSSI - Accusé de corruption, Platini se défend

Platini lâche encore Blatter. "Je l'ai supporté en 1998 parce que je pense que c'était la bonne personne", raconte Michel Platini avant de tacler, une nouvelle fois, son homologue à la FIFA. "Après cinq mandats, il est temps d'avoir un peu d'air frais et laisser la place à quelqu'un d'autre". Et d'en rajouter une couche : "je pense que l'image de la FIFA est très, très, très mauvaise et c'est pour cela qu'il faut qu'il arrête. Mais je ne crois qu'il en ait envie..."

28.08-1280x640-Platini-Blatter

© Michel Platini ne votera pas pour Sepp Blatter lors de la prochaine élection de la FIFA. (REUTERS)

"La France peut gagner l'Euro en 2016". "Je ne sais pas ce qui s'est passé entre Franck Ribéry et Didier Deschamps", s'est d'abord interrogé "Platoche" avant de se prononcer en faveur d'un retour du milieu de terrain du Bayern Munich en équipe de France. "Oui, j'essaierais de le faire revenir si je pense qu'il est important pour l'équipe de France". L'ancien n°10 des Bleus s'est dit aussi très confiant sur l'avenir de cette équipe. "La France peut gagner l'Euro en 2016", a-t-il confié.