Giroud grandit à Arsenal

  • A
  • A
Giroud grandit à Arsenal
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Le Français, qui retrouve Montpellier, s'affirme avec les Gunners.

Quand Olivier Giroud est revenu le 18 septembre dernier sur la pelouse de la Mosson avec Arsenal (1-2), lors du match aller, il n'avait pas encore marqué le moindre but sous ses nouvelles couleurs. Deux mois plus tard, l'ancien attaquant héraultais a désormais un hymne à son nom dans les travées de l'Emirates Stadium, un chant "Gi-Roud", sur l'air de la fameuse chanson "Hey Jude" des Beatles.

Les supporters des Gunners célèbrent Giroud :

Evidemment, pour que ce "Gi-Roud" devienne un hit chez les supporters des Gunners, à domicile comme à l'extérieur, il a fallu quelques buts. Le 26 septembre, l'ancien Tourangeau inscrit son premier but avec Arsenal lors de la large victoire d'Arsenal face à Coventry (6-1). Dix jours plus tard, il marque enfin en championnat, sur la pelouse de Fulham (3-1).

Quatre buts en trois matches

Et, depuis quinze jours, ile n°12 d'Arsenal est quasiment devenu inarrêtable. Le 6 novembre, il marque son premier but en Ligue des champions à Gelsenkirchen, face à Schalke 04 (2-2). Il ouvre et clôt le score contre Fulham (3-3). Et, enfin, samedi dernier, il inscrit le but du 3-1 d'une reprise au premier poteau contre Tottenham (5-2).

Giroud trompe Lloris (à 1'10") :

"Il y a une constante depuis qu'il est arrivé, il a toujours eu des occasions dans les matches", explique son entraîneur, Arsène Wenger, dans sa chronique sur Eurosport.fr. "Il ne les a pas toujours converties, là il commence à les mettre." Le technicien alsacien sait qu'il a pris un risque avec un joueur qui s'est révélé très tard, après des passages à Grenoble, Istres et Tours. "Ce qu'il a fait, c'est absolument incroyable. Il arrive à 25 ans sur le devant de la scène. Il est pratiquement passé de l'école primaire à l'université, au niveau de sa progression."

Cette montée en puissance automnale, symbolisée également par son but égalisateur en Espagne avec les Bleus le 16 octobre dernier, est une mauvaise nouvelle pour Montpellier, qui conserve une toute petite chance d'accrocher la troisième place synonyme de Ligue Europa. "C'est un buteur, un chasseur de buts", a souligné René Girard, le coach héraultais, en conférence de presse. "On a des arguments pour essayer de le contrarier, de l’empêcher de nous nuire. Le premier match avait été plein d'émotions pour lui. Je crois qu'il va vouloir nous démontrer qu'il n'est pas ici par hasard." Si les "Na, na, na, na" de "Hey Jude" montent de l'Emirates Stadium, ce ne sera pas bon signe pour le MHSC.