Football - Mercato : les clubs anglais pourraient dépenser plus d'un milliard de livres cet été

  • A
  • A
Football - Mercato : les clubs anglais pourraient dépenser plus d'un milliard de livres cet été
La Premier League pourrait connaître un mercato estival record.@ AFP
Partagez sur :

Avec notamment l'arrivée imminente de Paul Pogba à Manchester United, la Premier League pourrait battre son record de livres dépensés sur un mercato estival.

Plus de 870 millions de livres ! Les chiffres sont déjà vertigineux, mais les clubs de Premier League pourraient bien dépenser plus cet été, selon une étude du cabinet Deloitte publiée mardi, comparé au dernier mercato estival, où la bagatelle de 870 millions de livres (1,03 milliards d'euros) avaient été déboursés.

Déjà 475 millions... à la moitié du mercato. Les clubs de Premier League ont d'ores et déjà dépensé en juillet 475 millions de livres en transferts de joueurs. À la même période l'an passé, ces derniers avaient certes déboursé 515 millions de livres (610 millions d'euros), mais n'attendait pas de transfert record comme celui qui pourrait intervenir très prochainement du côté de Manchester. Le transfert du milieu de terrain français de la Juventus de Turin Paul Pogba à Manchester United, estimé à 120 millions d'euros, et qui pourrait faire passer d'ici le 31 août le montant total au-dessus de la barre du milliard de livres (1,18 milliard d'euros), une première.

Les droits télés n'y sont pas anodins. Selon les calculs de Deloitte, les équipes de Premier League pourraient générer quelque 4,3 milliards de livres (5,1 milliards d'euros) de revenus la saison prochaine. "La perspective d'une hausse des droits TV pour la saison prochaine a encouragé les clubs de Premier League à investir", analyse Alex Thorpe, du cabinet d'audit. Ces droits télévisés se chiffrent pour la saison 2015/2016 à 5,1 milliards de livres (6,05 milliards d'euros).

Le Daily Mail rappelait en janvier dernier que les droits internationaux ne rapportaient que 10,3 millions d’euros par an au foot anglais en 1993. En 2016, ce sera 1076 fois plus. Une autre époque.