France-Écosse : les Bleus sont fin prêts

  • A
  • A
France-Écosse : les Bleus sont fin prêts
@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

Les sifflets de Nantes se sont transformés en ovation pour Olivier Giroud, auteur d'un doublé samedi à Metz face à une Ecosse bien faible et surclassée (3-0). Que du bon à l'approche de l'Euro.

L'ESSENTIEL

ME PAS DRÔLE - Rassurer, à six jours du début de l'Euro. Et régaler, aussi, si possible. Telle était la mission des hommes de Didier Deschamps face à l'Écosse, en amical samedi à Metz. Et la mission est accomplie (3-0). L'équipe de France a répondu aux dernières interrogations avant le coup d'envoi de la compèt',  le 10 juin, contre la Roumanie. Du jeu, des buts, des sourires, du plaisir. Petite réserve toutefois : en face, l'Ecosse était si faible que la paire Rami-Koscielny a transpiré la sérénité... Revivez le live façon Lab Euro 2016 :

FRANCE - ECOSSE : 3-0

>> Les 3 points :

- Giroud, sifflé à Nantes, a répondu avec la manière, en marquant d'une magnifique talonnade dès la huitième minute puis en doublant la mise à la 35e minute. L'attaquant est ensuite sorti sous une belle ovation. #Onvousentendplus

- Koscielny a marqué son premier but en bleu à la 39e minute. Et avec Rami à ses côtés, il n'a connu aucun problème en défense. #Rassurant

- L'Ecosse n'a pas franchement proposé une opposition de qualité. C'est presque dommage pour les Bleus, trop faciles #EnKiltEtEnTong

  • Et 1, et 2, et 3-0. Que les pourfendeurs des "Footix" nous pardonnent ce titre, mais Aimé Jacquet était dans les tribunes, donc bon... C’est le sélectionneur des champions du monde 1998 en personne ("Dieu", autrement dit) qui a donné le coup d’envoi du match. L’homme du "muscle ton jeu, Robert" a semble-t-il inspiré les Bleus. La France a gagné 3-0, comme face au Brésil en finale en 1998. Le tout avec un doublé de Giroud, serein, et une réalisation de... Laurent Koscielny qui, sans doute parce qu'il s'ennuyait en défense, est monté sur un corner à la 39e minute. Après avoir dévié de près une tête de Payet, le voilà qui a marqué son premier but en bleu pour sa 29e sélection. "Tout est possible, dans le football..."

Aimé

(Quand DD câline Mémé)


  • Celui qui a bien mérité sa douche. Cette fois, pour siffler Olivier Giroud, il faudrait soit être d'une sacrée mauvaise foi, soit être supporter de Lyon - donc d'Alexandre Lacazette -, soit les deux. Après une belle "Madjer" sur un bon centre de Bacary Sagna (si si, c'est vrai), le buteur d'Arsenal a doublé la mise en suivant bien une frappe de Payet relâchée par le gardien écossais, Marshall. Giroud, la mèche au vent et le regard fier, est ensuite sorti peu après l'heure de jeu sous une énorme ovation du stade Saint-Symphorien. Avec six buts sur ses cinq derniers matches, le buteur d'Arsenal fait oublier ses rivaux restés à la maison. Coucou Karim Benzema ?

  • L'action Playstation. Il aura fallu huit minutes à Olivier Giroud pour justifier sa place de titulaire et faire oublier les sifflets de Nantes. Sur un centre parfait de Sagna (si si, c'est vraiment vrai), au premier poteau, l'attaquant a marqué d'une superbe "Madjer" (une talonnade algérienne derrière la jambe d'appui, pour les non initiés) aux six mètres. Le beau jeu et le beau geste pour l'ancien Montpelliérain.

  • Le bijou (enfin, presque). On commençait à s'y habituer. Du coup, on est presque déçus que les Bleus n'aient pas marqué sur coup franc direct, alors qu'ils l'avaient fait lors des trois derniers matches (Griezmann face aux Pays-Bas, Payet contre la Russie et le Cameroun). Il s'en est fallu de peu, cela dit. A la 64e minute, Paul Pogba a en effet trouvé le montant droit de Marshall après une belle frappe enroulée des 25 mètres. Maudits poteaux ronds !

  • Elle est où l'Ecosse, elle est où ? Loin de nous l’idée de minimiser la performance des Bleus. Mais en face, l’Ecosse s'est montrée bien faible avec, en plus, un maillot rose qui piquait salement les yeux. Hugo Loris a dormi pendant 90 minutes, et l’équipe de France a été en total contrôle. Du coup, même la défense centrale française a donné satisfaction. C'est dire...