Dopage : l'Ukrainien Pyatnytsya, contrôlé positif à Londres, doit rendre sa médaille d'argent

  • A
  • A
Dopage : l'Ukrainien Pyatnytsya, contrôlé positif à Londres, doit rendre sa médaille d'argent
Oleksandr Pyatnytsya a été disqualifié, tout comme trois autres athlètes ayant participé aux JO de Londres. @ JAVIER SORIANO / AFP
Partagez sur :

Du turibanol, une substance interdite, a été détecté dans les échantillons de ce lanceur de javelot qui avait emporté l'argent aux JO de Londres.

L'Ukrainien Oleksandr Pyatnytsya, vice-champion olympique à Londres en 2012 au javelot et contrôlé positif, a été disqualifié et devra rendre sa médaille, a annoncé mardi le Comité international olympique qui a rendu publiques les première sanctions prises contre les 98 sportifs contrôlés positifs aux JO de 2008 et de 2012 à la suite de réanalyses.

Le bronze pour le 4e. Pyatnytsya avait terminé 2e du concours du javelot derrière le Trinidéen Keshorn Walcott et devant le Finlandais Antti Russkanen. L'Ukrainien "a été disqualifié des Jeux Olympiques de Londres 2012 et a reçu l'ordre de rendre la médaille d'argent obtenue dans l'épreuve du lancer du javelot", a annoncé le CIO. Le Tchèque Vitezslav Vesely, 4e à l'époque, peut donc espérer monter sur le podium.

Du turinabol détecté dans ses échantillons. La réanalyse des échantillons de l'Ukrainien, prélevés lors des Jeux de Londres 2012 a révélé "la présence d'une substance interdite, le turinabol", a précisé le CIO.

Trois autres disqualifications. La commission de discipline du CIO a également disqualifié trois autres athlètes, eux aussi contrôlés positifs à la suite de réanalyses : le Bélarusse Pavel Kryvitski, éliminé en qualifications du marteau, positif au turinabol ainsi que les haltérophiles arménienne Hripsime Khurshudyan, 11e en 75 kg, positive au stanozolol, et turque Nurcan Taylan (48 kg), qui n'avait pas terminé l'épreuve et a été contrôlée positive elle aussi au turinabol. Au total, 98 sportifs ont été contrôlés positifs aux Jeux olympiques de Pékin 2008 et de Londres 2012 à la suite des réanalyses effectuées à la demande du CIO.