BNP Paribas condamnée pour discrimination envers un salarié homosexuel

  • A
  • A
BNP Paribas condamnée pour discrimination envers un salarié homosexuel
La justice estime que le "comportement machiste et sexiste" de ses collègues a créé "un environnement de travail particulièrement oppressant".@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

JUSTICE - La banque BNP Paribas devra verser plus de 600.000 euros à un ancien salarié pour discrimination. 

La banque BNP Paribas a été condamnée en appel à verser plus de 600.000 euros à un ancien salarié homosexuel, en raison du "comportement machiste et sexiste" de ses collègues qui a créé "un environnement de travail particulièrement oppressant".

"Moqueries" mal vécues. Cet Italien d'origine, embauché en 2004, a progressivement gravi les échelons jusqu'à devenir responsable d'affaires en 2009, date à laquelle son employeur a pris connaissance de son homosexualité. Il estime avoir ensuite été victime de discrimination jusqu'en 2012, quand il a quitté la banque via un plan de départs volontaires. Dans son arrêt rendu jeudi, la cour d'appel de Paris relève qu'il a "subi", en raison de son orientation sexuelle, "des moqueries de la part de ses collègues qui imposent, au surplus, par leur comportement machiste et sexiste, un environnement de travail particulièrement oppressant".

600.000 euros d'amende. Le "harcèlement" subi par le plaignant est attesté par l'envoi de courriels "à caractère sexuel", "répétés dans le temps" et émanant parfois de deux supérieurs hiérarchiques. Les juges notent au passage que la banque "promeut", à ce moment-là, le climat "particulièrement oppressant" pour l'employé homosexuel "en offrant à ses salariés des soirées dans des établissements de striptease ou offrant des prestations à caractère sexuel, selon ce qu'il ressort des attestations et documents produits aux débats".

Condamnée pour discrimination, la banque doit verser 608.300 euros à l'ancien collaborateur notamment parce que ce dernier, "contrairement à ses collègues, a été privé de l'essentiel de sa rémunération variable en 2012".