Le Stade Français menacé ?

  • A
  • A
Le Stade Français menacé ?
Partagez sur :

Coup de tonnerre sur le Stade Français. Max Guazzini a ainsi porté plainte pour escroquerie contre la Facem, la fondation canadienne présentée comme le repreneur du club. Cette dernière était censée refinancer le club à hauteur de 12 millions d'euros. La nouvelle est terrible pour le club parisien, qui pourrait être relégué dans les prochains jours.

Coup de tonnerre sur le Stade Français. Max Guazzini a ainsi porté plainte pour escroquerie contre la Facem, la fondation canadienne présentée comme le repreneur du club. Cette dernière était censée refinancer le club à hauteur de 12 millions d'euros. La nouvelle est terrible pour le club parisien, qui pourrait être relégué dans les prochains jours. Ils étaient les seuls à ne pas douter une seule seconde de la Facem, la mystérieuse fondation canadienne d'aide à l'enfance maltraitée. Lundi, Max Guazzini et Bernard Laporte ont dû se rendre à l'évidence et le président du club a décidé de porter plainte pour escroquerie à la Brigade financière. "Max Guazzini, en sa qualité de Président du Stade Français Paris et à titre personnel, a déposé plainte contre X à Paris pour escroquerie auprès du Service habilité à ce type de délinquance", précise un communiqué du club. Censée refinancer le club à hauteur de 12 millions d'euros, la mystérieuse société, basée au Canada, n'a donc jamais apporté les garanties nécessaires et n'aura jamais versé un seul centime dans les caisses parisiennes, contrairement à Laporte, qui aurait lui engagé près de 200 000 euros de garanties. "Après enquête ce week-end, il est apparu que les documents et garanties fournis par la Facem Corporation, à l'enseigne d'une grande banque internationale, étaient des faux", explique le Stade Français. Le spectre de la relégation Une situation qui envoie le Stade Français en enfer, puisque le club doit toujours combler un trou de 5 millions d'euros, mis à jour par la DNACG en mai dernier. "Il est rappelé que c'est, pour l'essentiel, en raison de la défaillance de sa régie publicitaire que le Stade Français Paris s'est retrouvé dans une situation financière très délicate", précise le communiqué. Une faillite qui avait entraîner la demande de relégation du club parisien par la DNACG, avant que Bernard Laporte ne sorte de son chapeau la Facem, qui avait entretenu le feu d'un maintien pendant près de deux mois. Charge désormais à l'ancien secrétaire d'Etat de remettre les mains dans le cambouis. "D'ores et déjà, et depuis hier soir, un nouveau tour de table ouvert se constitue afin d'assurer l'avenir et la pérennité du club". Un tour de table qui s'annonce bien compliqué pour les dirigeants stadistes, même si Max Guazzini a d'ores et déjà mis 5,6 millions d'euros de sa poche en caution. S'il décide de réinvestir et verser cet argent, le Top 14 se fera avec le Stade Français. Dans le cas contraire, la relégation financière en Pro D2 ou en Fédérale 1 sera inévitable...