Hateley accuse l'OM de corruption

  • A
  • A
Hateley accuse l'OM de corruption
Partagez sur :

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision anglaise ITV, l'ancien joueur des Glasgow Rangers, Mark Hateley, accuse l'Olympique de Marseille de tentative de corruption en 1993, année où l'OM a remporté la C1. Celui qui fut international anglais affirme qu'il se serait vu proposer une forte somme d'argent pour ne pas jouer face à l'équipe phocéenne...

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision anglaise ITV, l'ancien joueur des Glasgow Rangers, Mark Hateley, accuse l'Olympique de Marseille de tentative de corruption en 1993, année où l'OM a remporté la C1. Celui qui fut international anglais affirme qu'il se serait vu proposer une forte somme d'argent pour ne pas jouer face à l'équipe phocéenne... A quelques heures de son retour en huitièmes de finale de la Ligue des champions contre Manchester United, l'Olympique de Marseille se serait bien passé de cette nouvelle "bouillabaisse" qui fait remonter à la surface de vieux relents de poisson pourri. Replongeons dans les souvenirs d'une affaire que l'on croyait définitivement enterrée: le 26 mai 1993, l'OM devient le premier club français à remporter une Coupe d'Europe, qui plus est la plus prestigieuse, la Ligue ces champions, en battant l'AC Milan (1-0) grâce à un coup de tête de Basile Boli. Mais quelques jours avant cette finale continentale, Valenciennes, par l'intermédiaire de son défenseur Jacques Glassmann, révèle l'existence d'une tentative de corruption à la mi-temps de sa confrontation contre les hommes de Raymond Goethals (score final 0-1), les dirigeants phocéens promettant à trois joueurs nordistes une somme d'argent à condition qu'ils lèvent le pied et ne mettent pas en péril et l'intégrité physique de leurs joueurs. L'affaire, passée dans un premier temps sous silence, explose soudainement à la face des médias au point d'en devenir un véritable feuilleton judiciaire pendant tout l'été. Quelques semaines plus tard, l'OM paie les pots cassés en se voyant privé de son titre de champion de France et en étant relégué dans la foulée en deuxième division. Les Olympiens pensaient alors en avoir fini avec les vieux démons de l'époque Tapie. C'était sans compter sur un ancien joueur du Championnat de France, l'ancien Monégasque Mark Hateley, qui affirme mardi dans une interview accordée à la chaîne de télévision anglaise ITV que le scandale OM-VA ne serait pas un cas isolé. "Marseille devrait être déchu de son titre" L'ancien attaquant international anglais, qui portait en 1993 les couleurs des Glasgow Rangers, affirme ainsi avoir été contacté pour ne pas jouer un match décisif contre Marseille lors de la cinquième journée de la phase finale de la Ligue des champions (score final 1-1, le premier de la poule, qui sera l'OM, accédait alors directement en finale). La méthode employée semble connue: "Un ami d'un ami, qui avait pris contact via certaines relations, me demandait de ne pas jouer: «Il serait financièrement profitable pour vous de ne pas jouer contre Marseille»", explique l'actuel sélectionneur du Liberia. Hateley précise même les détails de cette soi-disante proposition malhonnête, tout en restant assez flou: "Ce n'était pas un agent que je connaissais, mais un autre agent lui avait donné mon numéro. Il parlait français et m'avait proposé une grosse somme d'argent. Il désignait certaines personnes travaillant dans le club qui ne voulaient pas que je joue." Reste qu'Hateley avait pris un carton rouge controversé lors du match précédent contre Bruges, une décision aujourd'hui suspectée d'avoir été influencée par les dirigeants phocéens de l'époque, Bernard Tapie en tête. "Au moment du carton rouge, cet appel téléphonique m'est revenu à l'esprit. A ce moment-là, je ne savais pas si c'était un canular ou si c'était vrai. Maintenant, je sais que c'est vrai en raison des méthodes utilisées. Je me sens volé à 100%. C'était la chance de toute une vie pour les Rangers. Marseille devrait être déchu de son titre. Pourquoi la décision n'a-t-elle pas été prise avant ?", s'interroge celui qui avait d'ailleurs marqué au match aller à Ibrox Park (2-2). Reste à savoir pourquoi ces révélations, dénuées de tout élément de preuve, ne tombent que maintenant, plus de 17 ans après les faits, au moment où l'OM tente de renouer avec son prestigieux passé européen...