Affaire de la "sextape" : "Karim Benzema n'est plus sélectionnable"

  • A
  • A
Affaire de la "sextape" : "Karim Benzema n'est plus sélectionnable"
Karim Benzema a été mis en examen le 5 novembre dernier dans l'affaire de la "sextape" de Mathieu Valbuena.@ Valéry HACHE/AFP
Partagez sur :

SANCTION - Le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, a annoncé que Karim Benzema n'était "plus sélectionnable" jusqu'à nouvel ordre.

Un peu plus d'un mois après la mise en examen de Karim Benzema pour "complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs" dans l'affaire de la "sextape" de Mathieu Valbuena, le président de la Fédération française de football (FFF), Noël le Graët, a annoncé jeudi que l'attaquant tricolore, meilleur buteur des Bleus en activité (27 réalisations en 81 sélections) n'était "plus sélectionnable jusqu'à nouvelle instruction en sa faveur".


Peu après 19h jeudi, le joueur français Karim Benzema a réagi sur son compte Twitter à sa mise à l'écart par la FFF. "Je respecte la décision et ai confiance en notre président Noël Le Graët", a tweeté le joueur du Real Madrid. 

"Je laisse une porte d'espoir." Après avoir effectué un laïus d'une dizaine de minutes sur son attachement aux deux joueurs concernés par cette affaire, le boss de la FFF a annoncé cette mesure qui s'apparente à une suspension jusqu'à nouvel ordre. "La Fédé ne peut pas être insensible aux écoutes qui ont été publiées (notamment par Europe 1, ndlr)", a-t-il reconnu, avant d'insister sur le fait qu'il s'agissait "d'une décision du président de la Fédération française de football" et non d'une sanction du conseil d'administration. "Benzema n'est plus sélectionnable, et si la situation n'a pas évolué d'ici les matches amicaux du mois de mars, il ne sera pas sélectionnable. Et si la situation n'évolue pas d'ici l'Euro, il ne sera pas sélectionnable. Je laisse une porte d'espoir, jusqu'à ce qu'il y ait du nouveau dans ce dossier."

J'espère que la juge décidera que le dossier est vide, ou que Valbuena et Benzema redeviendront copains.

Interrogé sur ce qu'il entendait derrière le terme de "nouveau", le président de la FFF a précisé : "J'espère que la justice va accélérer le dossier et que la juge décidera que le dossier est vide, ou que Valbuena et Benzema redeviendront copains". Plus tard, Noël Le Graët a également évoqué la possibilité d'une levée du contrôle judiciaire qui touche actuellement Benzema. "Il n'est pas interdit de penser que cette levée serait intéressante du point de vue du droit sportif", a-t-il relevé, avant d'ajouter un peu plus tard : "Elle pourrait (être une condition suffisante pour permettre que Benzema soit à nouveau sélectionnable, ndlr) mais cela relève du domaine de la justice interne, et donc de nos commissions. Le président de la Fédération n'a pas le droit de sanctionner." Par ailleurs, Noël Le Graët a assuré Valbuena du "soutien total" de la Fédération, tout en notant, dans un trait d'humour, qu'il avait eu "l'imprudence de laisser traîner son téléphone"...

Karim est un mec bien, un type né dans un quartier difficile.

Des tacles à Valls à Thiriez. Tout au long de cette intervention de plus de 40 minutes, le boss de la "3F" a rappelé l'affection qu'il avait pour Benzema : "Je trouve que c'est un mec bien, un type né dans un quartier difficile. Ses copains n'ont pas changé mais lui est devenu une star planétaire..." La mine grave, la voix un peu nouée, mais volontiers taquin voire vindicatif - envers le Premier ministre, qui s'était exprimé sur l'affaire sur l'antenne d'Europe 1 ("Manuel Valls aime le foot, il a même quitté un congrès du Parti socialiste pour aller assister à un match du FC Barcelone") ou du président de la Ligue de football, Frédéric Thiriez, qui avait réclamé de la "fermeté" ("100% des journalistes s'accordent à dire qu'il ne connaît pas le football") -, le président de la "Fédé" ne s'est pas dit en colère par cette affaire de la "sextape" mais "plutôt malheureux". "Ça fait mal au cœur", a-t-il reconnu, estimant que Benzema était "pris dans un truc 'dingo' qui le dépasse".