Adrien Rabiot sur OM-PSG : "Il va falloir se mettre en mode guerrier"

  • A
  • A
Partagez sur :

Quelques heures avant le choc tant attendu, le milieu parisien a accordé une interview à Europe 1. Il revient sur sa carrière, sont avenir au PSG… et avec les Bleus ?

EXCLUSIF

Se faire siffler par 60.000 personnes ne lui fait pas peur. A quelques heures de la rencontre OM-PSG, Adrien Rabiot est prêt à en découdre. Il a hâte même. "Moi j’aime bien ces ambiance-là, quand c’est un peu chaud. Le fait d’être avec le maillot de Paris à Marseille, on sait qu’ils détestent Paris, c’est stimulant", confie le milieu parisien de 21 ans, lors d’une longue interview accordée à Europe 1.

"C’est THE match". "C’est un match où il y a trois points à gagner, donc ça reste un match de championnat comme les autres. Mais c’est vrai que pour nous, les joueurs qui sont formés à Paris, c’est un match important. Les supporters nous le répètent aussi, c’est le match de l’année, celui qu’il faut gagner", développe Adrien Rabiot, bien conscient de l’enjeu. "Sur les réseaux, dans la rue, ça chambre. C’est un match qui a une saveur particulière. Je pense qu’il faut se mettre en mode Ligue des champions. Ça ne va pas être facile du tout. Il va falloir se mettre en mode guerrier. Depuis une semaine, les gens parlent de ce match. C’est THE match. Pour les supporters c’est vraiment important, je le comprends".

Le milieu de terrain espère avant tout une chose : qu’il y ait du jeu. Le match aller avait abouti à un triste match nul (0-0), les joueurs de la capitale n’ayant jamais réussi à percer la muraille phocéenne malgré une outrageuse possession de balle. "J’espère que ce sera différent. On n’avait pas vu une équipe de football, c’est dommage. J’espère qu’il y aura un peu plus de spectacle. Avec les recrues qui sont arrivées cet hiver, avec ce qu’a apporté le nouveau coach, je crois que ça va être un bon match, un match ouvert", pronostique Adrien Rabiot.

"C’est un début de carrière pas trop mal". A 21 ans, le jeune milieu compte déjà 100 matchs à son actif et quatre rencontres face au rival marseillais. L’occasion pour lui de jeter un œil dans le rétroviseur. "C’est un début de carrière pas trop mal. J’ai déjà quelques titres, plus de cent matchs. C’est ce que je cherche. Je vois que le travail accompli paie, je suis content", confie-t-il. Modeste, celui qui n’a cessé de monter en puissance depuis ses débuts sous les couleurs parisiennes tient surtout à remercier ceux qui lui ont permis d’en arriver là. Lorsqu’il est acclamé par le Parc des princes, "c’est une fierté, en tant que joueur formé ici, c’est quelque chose d’énorme, pour tous mes entraîneurs, tous les gens qui m’ont fait progresser. Je sais qu’ils sont fiers de moi et je pense souvent à eux quand je rentre sur le terrain. Quand ça se passe bien, c’est un peu aussi le fruit de leur travail", détaille-t-il.

Entendu sur Europe 1
Si des offres de grands clubs se présentent, ça mérite d’être étudié 

Ce bébé du Parc des Princes serait-il prêt à dédier toute sa carrière à ce club qui l’a vu naître sportivement ? "Dans le foot, on peut tout envisager, c’est envisageable. Mais dans le football actuel, c’est compliqué de se projeter très loin, il y a beaucoup de paramètres qui rentrent en compte".

"Se concentrer sur le moment présent". Après son excellent match contre Barcelone en Ligue des champions, le jeune milieu s’est attiré un concert de louanges d’un certain Zinedine Zidane, entraîneur du Real de Madrid. "C’est plutôt flatteur. Ça fait toujours plaisir de recevoir des compliments comme ça, surtout de quelqu’un comme lui. On sait tous le joueur que c’était. Mais c’était une victoire de toute l’équipe", réagit le Parisien. Serait-il sensible aux sirènes madrilènes ? "Je me concentre sur ce que je suis en train de vivre. Je ne pense pas à ça. Si des offres de grands clubs se présentent, ça mérite d’être étudié. Mais je pense que la meilleur chose à faire, c’est de se concentrer sur le moment présent. Je suis comme ça", répond-il sobrement.

"Représenter la France au plus haut niveau c’est une fierté, un honneur". En attendant d’éventuelles "offres de grands clubs", Adrien Rabiot pourrait enfiler prochainement, et pour la seconde fois, les couleurs de l’équipe de France. Didier Deschamps doit annoncer prochainement sa liste pour le match contre le Luxembourg, le 25 mars. Et la présence d’Adrien Rabiot, qui aura 23 ans lors du mondial 2018, ne serait pas une surprise.

"Je ne me prends pas trop la tête avec ça. L’objectif principal, c’est de performer en club. Si ça continue comme ça, tant mieux. Bien sûr que j’aimerai y retourner. Il y a des échéances à long terme. Et je garde ça dans un coin de ma tête. Mais cela va vraiment passer par les performances en club", commente le Parisien, qui avoue tout de même son amour pour le maillot bleu. "C’est une sensation différente de celle de porter celui du PSG. C’est quelque chose de fort. Représenter la France au plus haut niveau, c’est une fierté, un honneur. Se tenir debout, en bas du Stade de France, pendant la Marseillaise, c’est impressionnant, on pense à ce chemin parcouru, c’est une fierté".