Violences conjugales : les femmes victimes d'hommes peu diplômés et plus âgés

  • A
  • A
Violences conjugales : les femmes victimes d'hommes peu diplômés et plus âgés
@ FADEL SENNA / AFP
Partagez sur :

Une étude révèle que les femmes sont le plus souvent victimes d'hommes plus âgés. C'est l'inverse pour les hommes.

Selon une étude inédite dévoilant les profils des auteurs de violences au sein du couple, les taux les plus élevés de violences visent des femmes diplômées dont le conjoint l'est peu. C'est l'inverse pour les hommes. Dans son étude, l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales propose ainsi une analyse des "profils des personnes de 18 à 75 ans" se déclarant victimes de violences physiques ou sexuelles et dont l'auteur(e) est le conjoint.

Plus de violences sur des femmes. L'étude porte sur les hommes ou femmes se déclarant victimes de violences dans le couple sur deux ans. 8,2 hommes pour mille des personnes interrogées se disent concernés contre 18,7 pour les femmes. Pour l'ONDRP, une minorité des faits déclarés sont des cas de violences sexuelles. L'étude note que les femmes victimes de violences le sont le plus souvent de la part d'hommes plus âgés qu'elles, alors que c'est l'inverse chez les hommes. 

Des hommes peu diplômés. Elle s'intéresse aussi aux diplômes des auteurs. Les "cas de figure" se révèlent, ici, "nombreux et variés", selon l'ONDRP. Globalement, les taux les plus élevés de violences visent des femmes diplômées dont le conjoint l'est peu. C'est l'inverse pour les hommes. Elle pointe également la répétition, ou non, de ces actes de violences sur deux ans : plus de la moitié des hommes répondent par l'affirmative, près de 3/4 des femmes. Et celles-ci ajoutent, pour près de la moitié d'entre elles, que les violences avaient commencé bien avant les deux années retenues.