Affaire Vincent Lambert : que va-t-il se passer maintenant ?

  • A
  • A
Affaire Vincent Lambert : que va-t-il se passer maintenant ?
Rachel Lambert, la femme de Vincent.@ AFP
Partagez sur :

L'arrêt de la Cour européenne ne peut pas faire l'objet d'un recours mais l'affaire Vincent Lambert n'est pas finie pour autant.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a validé vendredi l'arrêt des soins pour Vincent Lambert. Un arrêt définitif : il ne peut donner lieu à aucun recours. L'épilogue d'une longue bataille judiciaire entre membres d'une famille déchirée ? Tout indique le contraire.

Un arrêt qui n'ordonne pas l'arrêt des soins. Précision importante : si l'arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme valide et autorise l'arrêt des soins pour l'homme de 38 ans, nourri et hydraté artificiellement depuis 2008, il n'ordonne pas l'arrêt des soins pour autant. 

Une nouvelle décision médicale sollicitée. Les parents de Vincent Lambert qui avaient saisi la Cour européenne des droits de l'homme dans l'espoir qu'elle invalide la décision du Conseil d'Etat ont été déboutés par l'arrêt de la Cour rendu vendredi. Mais ils refusent de se résoudre à l'arrêt des soins de leur fils, une forme d'"euthanasie déguisée" selon eux. La mère de Vincent Lambert, "scandalisée" par la décision de la CEDH, a ainsi d'ores et déjà indiqué vouloir continuer à se "battre".

Me Jérôme Triomphe, l'un des deux avocats des parents de Vincent Lambert, a d'ailleurs confirmé que ce désaveu de la Cour n'arrêterait pas le combat des parents : d'après lui, ils ont déjà demandé au CHU de Reims de prendre "une nouvelle décision médicale" concernant Vincent Lambert, dans la mesure où celle qui a été validée par la CEDH avait été prise par un médecin qui n'est aujourd'hui plus en poste. 

Que va t-il se passer à présent ? En pratique, après la décision de la CEDH, le sort de Vincent Lambert dépend désormais de la décision de la nouvelle chef de service de l'unité de soins palliatifs du CHU de Reims, qui a succédé au Dr Eric Kariger. Elle rendra sa décision à l'issue d'une procédure collégiale (Le CHU de Reims a annoncé vendredi son intention de réunir prochainement et de consulter tous les "représentants de la famille", ndlr). Et si cette décision médicale est, à nouveau, défavorable aux parents ? Ils pourront à nouveau la contester en justice.

Un arrêt malgré tout décisif. Si un nouveau chapitre judiciaire était engagé, quelle serait l'issue ? Impossible de le dire mais l'avocat de l'épouse de Vincent Lambert qui souhaite que son mari puisse "partir" dignement l'a déjà dit : il voit "mal comment un juge administratif irait contre une décision de la Cour européenne et du Conseil d'Etat".

Théoriquement, donc, le scénario d'avril 2013 ne devrait pas se répéter : l'équipe du CHU de Reims avait alors décidé d'interrompre peu à peu l'alimentation et l'hydratation de Vincent Lambert... mais, saisi par les parents, le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne avait ordonné sa réalimentation.