Incendies dans le Var : "la situation est intense" mais "s'améliore", selon Édouard Philippe

  • A
  • A
Incendies dans le Var : "la situation est intense" mais "s'améliore", selon Édouard Philippe
Plus de 200 véhicules, ateliers, maisons sont partis en fumée près de Bormes-les-Mimosas, dans le Var.@ AFP
Partagez sur :

Le Premier ministre a survolé les collines en feu à Bormes-les-Mimosas, où un incendie déclenché dans la nuit de mardi à mercredi, a nécessité le déplacement de 12.000 personnes.

L'ESSENTIEL

Le Premier ministre Édouard Philippe a indiqué mercredi soir à Bormes-les-Mimosas que la situation, sur le front des incendies dans le sud-est de la France, restait "intense" mais "s'améliorait". Alors que les pompiers luttent depuis trois jours contre les flammes dans le Sud-Est de la France, le Premier ministre a survolé, mercredi soir, en compagnie du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, les collines en flammes à Bormes-les-Mimosas. 

Les infos à retenir :

  • Près de 12.000 personnes ont été évacuées près de Bormes-les-Mimosas

  • Plus de 7.000 hectares sont partis en fumée dans le Var

  • Édouard Philippe a indiqué qu'une enquête judiciaire a été entamée pour connaître l'origine des incendies

Édouard Philippe confirme l'engagement de l'État sur les commandes de Canadair. Mercredi soir, Édouard Philippe a survolé les zones sinistrées près de Bormes-les-Mimosas. "La situation est encore intense si on regarde le nombre de feux en cours dans la région, elle s'améliore mais je reste prudent car il y aura encore des départs de feu demain", a déclaré le Premier ministre. "La situation dans les Alpes-Maritimes semble maîtrisée, la situation s'est améliorée dans les Bouches-du-Rhône mais il reste trois feux actifs dans le département du Var", a poursuivi Édouard Philippe lors d'un point de presse. 



"Sur chacun des feux il y a plus de 500 pompiers engagés", a-t-il précisé. "À Bormes" il y a eu "plus de 500 largages" et une "utilisation des moyens humains intense".  Sur l'origine des incendies, Édouard Philippe a indiqué qu'une "enquête judiciaire a été entamée". "Il y aura une enquête qui permettra de savoir et d'identifier les raisons du départ des feux", a-t-il souligné. Édouard Philippe également confirmé l'engagement pris de commander six nouveaux avions bombardiers d'eau de type Dash 8, réclamés par les syndicats de pompiers, pour lutter contre les incendies de forêts. Le Premier ministre a ensuite fait un tour au gymnase où se trouvaient environ 200 personnes parmi les milliers évacuées de leur habitation.



Mercredi dans l'après-midi, Emmanuel Macron a de son côté fait part sur Twitter de son "admiration" et souhaité "courage" aux pompiers.



carteafp600

Source : AFP

Carro, toujours menacé par les flammes. L'incendie qui avait éclaté mercredi matin à Martigues, à l'ouest de Marseille, a gagné le village de Carro, dans les Bouches-du-Rhône, sur la côte bleue en bord de Méditerranée, a indiqué le préfet de région Stéphane Bouillon. Plus de 400 personnes ont été évacuées par mesure de sécurité, a précisé ensuite la préfecture dans un communiqué. "Le feu a parcouru une centaine d'hectares" et sur la partie sud-ouest de Carro, une maison et trois habitations mobiles ont été impactées, a-t-elle ajouté. Cinq Canadair sont sur place, ainsi que 300 sapeurs-pompiers et 70 véhicules. "Les sapeurs-pompiers luttent d'arrache-pied depuis plusieurs heures contre les flammes au cœur des quartiers de Carro", ont tweeté les pompiers des Bouches-du-Rhône. Une maison et trois habitations mobiles ont été impactées, selon la préfecture.



Par ailleurs, les secours "ont stoppé" le feu qui avait éclaté à Peynier, au nord-est de Marseille. "Il est en cours de maîtrise", a indiqué le préfet Stéphane Bouillon.

"On a vu le ciel rouge". Déclaré dans la nuit de mardi à mercredi, dans le secteur de la Londes-les-Maures, l'incendie près de Bormes-les-Mimosas "est en passe d'être contrôlé", a indiqué mercredi le préfet de région qui affiche son optimiste. Le feu a vraisemblablement été déclenché sur un terrain vague, entre un hôtel Formule 1 et une entreprise de gardiennage de caravanes, où tout a brûlé.

Plus de 200 véhicules, ateliers, maisons sont partis en fumée et près de 12.000 personnes ont été évacuées des différents campings de la ville. La plupart ont été hébergés dans des centres ouverts par la mairie ou sur la plage. "Toutes les collines étaient en feu jusqu'à la mer", a témoigné Jean-Paul Poinsart, 68 ans, un habitant de la région de Bormes. "Vers 3h, les sirènes nous ont réveillés. Nous nous sommes rassemblés sur la plage. On a vu le ciel rouge", raconte une jeune Allemande, Amélie, venue de Francfort, qui campait avec ses proches.



Pour François Arizzi, maire de Bormes-les-Mimosas, les conditions de ce départ de feu laissent à penser qu'il s'agit là d'un acte criminel. "Un feu qui démarre à 22 heures, par temps de mistral, alors qu'on sait que les Canadair et les avions ne peuvent pas décoller, je ne pense pas que ce soit le hasard. Je suis complètement démoralisé de voir la commune de Bormes dans cet état", a-t-il confié.

Plusieurs reprises de feu. Autre site très touristique varois, la Croix-Valmer, où plus de 400 hectares ont été détruits par les flammes mardi, a connu "une reprise du feu assez importante", mercredi après-midi, selon le premier adjoint à la mairie René Carandante. "Tout le quartier de Gigaro a été évacué, au moins 200 personnes, (par) précaution, les plages ont fermé, car le vent ramène le feu vers les habitations", a-t-il dit. Dans la soirée, le préfet de région a indiqué qu'il avait de nouveau été "maîtrisé".

Des reprises ont aussi eu lieu dans la journée sur le feu d'Artigues (1.700 hectares brûlés), dans le Haut-Var, où 1.700 hectares ont brûlé la veille. En Haute-Corse, où des feux ont détruit près de 2.000 hectares de gros maquis depuis lundi, "le feu est stabilisé mais pas maîtrisé", ont précisé les pompiers. Dans le Vaucluse, l'incendie qui s'était déclaré dans le massif du Luberon est circonscrit mais quelques foyers restent actifs, selon la préfecture. Plus de 1.275 hectares ont été parcourus par le feu. 

L'aide européenne sollicitée par la France. Pour venir à bout de ces feux destructeurs qui n'ont toutefois pas fait de victime, la France a sollicité deux avions Canadair dans le cadre de l'aide européenne. Mardi soir, un premier avion prêté par l'Italie est arrivé en Corse. Au total, dans le Sud-est et en Corse, sapeurs-pompiers et militaires de la sécurité civile étaient appuyés par 19 bombardiers d'eau (Canadair, Tracker et Dash). Plus d'une vingtaine de secouristes ont été blessés.