Une "faille majeure" permet de pister les vols du président de la République

  • A
  • A
Une "faille majeure" permet de pister les vols du président de la République
Partagez sur :

La sécurité du président de la République et des différents représentants de la France lors de leurs déplacements pourrait être menacée par un simple site Internet. Europe 1 a mené l'enquête.

ENQUÊTE EUROPE 1

Une faille de sécurité pourrait menacer la sécurité des plus hauts représentants de l'Etat français. Certains plans de vol des avions militaires qui transportent le Premier ministre et le président de la République sont localisables en temps réel, et même à l'avance, sur Internet. En effet, un simple site web, accessible à tous, permet de savoir l’heure exacte à laquelle leur vol passera à une position géographique donnée, très précise.

Des temps de vol calculés à la minute près. Jeudi, Manuel Valls a pris place dans l'un des avions réservés au président, aux ministres ou aux plus hautes autorités de l'Etat. Son plan de vol, entre le Japon et la Nouvelle-Calédonie, était consultable à l'avance sur le site spécialisé "Flight Aware", comme n'importe quel vol commercial. 300 points de localisation étaient répertoriés sur l’ensemble du trajet, avec les coordonnées géographiques exactes, même à basse altitude, et des temps de passage calculés à la seconde près. Ces informations se trouvaient à la disposition de tout le monde jeudi matin, en plein vol, comme le montre la capture ci-dessous, prise à 6h45 :

capturepk

Montage Europe1

 

Le vol de François Hollande entre Pékin et Séoul, le 3 novembre dernier, apparaissait également sur le site.

hollandeok

Capture flightaware.com


"Une faille de sécurité". Parce qu’ils sont enregistrés comme civils, et non pas militaires, ce qui est le cas par exemple de l’avion Air Force One de Barack Obama, ces vols ne sont pas tenus secrets. Une situation que plusieurs experts consultés par Europe 1 identifient clairement comme "une faille de sécurité". Les services français n’ignorent rien de cette situation. Du côté de la Défense, on répond même que le problème est connu depuis des années. Pour le contourner, les agents s’adaptent en ne respectant pas l'horaire de départ, ou en changeant les trajectoires au dernier moment par exemple.

Un simple appel. Un coup de téléphone suffirait à résoudre le problème. En effet, n'importe qui peut demander au site Internet de ne pas publier ces plans de vol. Apparemment, les autorités françaises ne l’ont jamais fait. Mais les dirigeants français ne sont pas les seuls dans cette situation. Sur "Flight Aware", on trouve aussi des trajets détaillés du Premier ministre indien ou de la présidente brésilienne Dilma Rousseff, qui n'ont pas l'air non plus d'avoir été mis au courant.