INFORMATION EUROPE 1 - Une étudiante porte plainte pour injures antisémites à la fac de médecine de Paris 13

  • A
  • A
Partagez sur :

Une étudiante de 19 ans en médecine à Paris a porté plainte le 20 octobre pour injures antisémites. Elle a confié à Europe 1 le harcèlement dont elle fait l’objet de la part d’un groupe d’élèves.

INFO EUROPE 1

Au départ, c’est un groupe de copains, des garçons et des filles dont les blagues récurrentes sur les juifs finissent par lasser Rose*, 20 ans, étudiante en deuxième année de médecine à l’université Paris 13. "Dès le début, j’ai expliqué que ça me blessait, j’ai dit qu’on ne pouvait pas rire de la Shoah, mais on est passé des blagues sur la Shoah à des saluts hitlériens, puis on invente un jeu qui s’appelle le ‘freespa’ [contraction de frisbee et kippa], le lancer de kippa qu’on jette par terre", raconte-t-elle au micro d’Europe 1. En réponse à ses remarques, les membres du groupe rétorquent que c’est "de l’humour", qu’elle "s’insurge pour rien". 

Un week-end d'intégration "Auschwitz 2019". Rose s’éloigne d’eux mais se retrouve "montrée du doigt", "harcelée". Menacée de se faire "trasher" lors du week-end d’intégration 2018 qu’organisait ce groupe, membre du Bureau des élèves, et privée de filleul, Rose préfère renoncer à s’y rendre. Deux semaines plus tard, un étudiant l’alerte sur une nouvelle conversation Facebook "WEI (pour week-end d’intégration) 2019", dans laquelle le nom de Rose revient sans cesse. Des dizaines de captures d’écran jointes à la plainte et qu’Europe 1 a pu consulter appuient le récit de Rose.

"Ils proposent à nouveau de renouveler le thème antisémite en l’appelant ‘bob Auschwitz 2019’ (bob désignant le week-end d'intégration, ndlr), ‘bob-rafle 2019’, ‘bob [nom de famille de Rose] 2019’, ‘beau juif et boboche’ , ‘les nazis contre les juifs’, avec une photo d’un étudiant juif brûlant dans les flammes", détaille la jeune femme, soutenue par son avocat Me Antonin Péchard. Certains messages classent les juifs de la promotion, avec un chiffre et un commentaire : "juif niveau 31, impliqué mais capacité à traîner avec des goyes", "juive niveau 75, prestige 4, prête à tout pour sa commu[nauté]", "niveau 2, il sait qu’il y a une fête qui s’appelle Shabbat".

Entendu sur Europe 1
J'ai eu besoin de dénoncer cette banalisation de l'antisémitisme sous couvert d'humour

La commission de discipline de la faculté saisie. "J’ai eu peur d’abord, j’ai été extrêmement bouleversée, je me suis sentie humiliée", confie encore Rose, qui décide alors de saisir la justice "pas par vengeance, mais pour que cela cesse". Et de marteler : "Je demande seulement de pouvoir étudier dans des conditions sereines". Informée de la plainte par l’étudiante elle-même, la direction de la faculté, jointe par Europe 1, indique avoir reçu immédiatement la jeune femme puis les huit étudiants mis en cause, ainsi que deux professeurs présents au week-end d’intégration. Les rendez-vous ont eu lieu en présence de la doyenne de l’université et du vice-président référent "racisme et antisémitisme" de l’établissement. D’après les informations d’Europe 1, la direction a saisi la commission de discipline mais aussi directement le procureur de la République au titre de l’article 40 du Code de procédure pénale. L’organisation du week-end d’intégration 2019 est pour l’instant suspendue.

Isolée, elle est qualifiée de "traître". Inquiète de pouvoir continuer ses études dans cette fac qu’elle "aime", Rose explique avoir eu "besoin de dénoncer cette banalisation de l’antisémitisme et cette acceptation sous couvert du second degré et de l’humour noir, comme si c’était normal". L’étudiante aujourd’hui isolée, soutenue seulement par une poignée d’amis et la direction de l’établissement, est "qualifiée de traître et même de cancer de la promotion". Elle insiste : "Non ce n’est pas normal, non on ne peut pas rire de ça, en tout cas pas avec tout le monde et j’avais décidé qu’on ne pouvait pas en rire avec moi, ça n’a pas été accepté, aujourd’hui je porte plainte pour que ce soit entendu, pour moi, mais aussi pour les personnes qui avaient peur de le dénoncer et pour ceux peut-être qui en ont ri, par besoin d’intégration ou en n’ayant pas compris la gravité des propos."


La ministre de l'Enseignement supérieur réagit

Ces faits "sont profondément inacceptables", a réagi la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal, dans un communiqué publié lundi matin. "Au surlendemain de l'attaque antisémite de Pittsburgh aux États-Unis, je veux rappeler que les mots aussi peuvent tuer et que les injures et les gestes déplacés ont toujours été les prémices de violences plus grandes encore", a déclaré Frédérique Vidal. Elle "salue le fait que l'université Paris-13 ait pris les décisions qui s'imposaient dès que les faits ont été connus".

La ministre indique qu'elle recevra "dès aujourd'hui le président de l'université Paris-13 afin de faire le point avec lui sur les dispositifs de prévention mis en place dans son établissement et sur les actions qui peuvent être immédiatement engagées pour mettre fin à ces dérives inacceptables". Elle se rendra vendredi à la Convention nationale de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), à Grenoble.

*Le prénom a été modifié