Kader Arif soupçonné d'avoir favorisé des proches

  • A
  • A
Kader Arif soupçonné d'avoir favorisé des proches
Kader Arif, Le ministre délégué aux Anciens combattants.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le parquet de Toulouse a ouvert une enquête préliminaire sur des soupçons de favoritisme dont pourraient avoir bénéficié des parents du ministre.

INFO. Une enquête préliminaire sur des passations de marchés entre la Région Midi-Pyrénées et des sociétés appartenant à des proches parents du ministre délégué aux Anciens combattants Kader Arif a été ouverte mercredi, a annoncé le procureur de la République de Toulouse.

>> LIRE AUSSI - Qui sont les nouveaux secrétaires d’État ?

Un signalement déposé par l'opposition. Cette ouverture d'enquête préliminaire fait suite à un "signalement" déposé lundi par des élus du groupe d'opposition au sein du Conseil régional "faisant état d'anomalies dans les relations contractuelles existant entre la Région et certaines sociétés", a expliqué le procureur Michel Valet.

"On a une dénonciation circonstanciée de certains faits. J'ai le devoir de vérifier ce qu'il en est", a ajouté le magistrat tout en appelant à la plus grande prudence quant à l'issue de ces investigations confiées mercredi à la police judiciaire de Toulouse.

Deux sociétés du frère et de neveux du ministre... Deux conseillers régionaux UMP, Elisabeth Pouchelon et Vincent Terrail-Novès, ont détaillé mercredi après-midi devant la presse le fruit de recherches de plusieurs mois sur ces marchés liant la Région Midi-Pyrénées à deux sociétés successives appartenant notamment au frère et à des neveux de Kader Arif. Ces sociétés, spécialisées dans la sonorisation et l'éclairage d'événements publics, auraient engrangé depuis 2008 environ 2 millions d'euros de contrats de la Région Midi-Pyrénées dirigée par le socialiste Martin Malvy. 

... et des soupçons de favoritisme. Les élus de l'opposition et Le Canard enchaîné, dans un article paru mercredi, se demandent si les deux sociétés, AWF musique, puis AWF, ont bénéficié de favoritisme. "L'accès à ces marchés a-t-il été équitable pour toutes les sociétés", s'interroge Vincent Terrail-Novès au micro Europe 1. La Région Midi-Pyrénées a fermement démenti toute malversation dans ce dossier.

Martin Malvy très remonté. "C'est de la malveillance, de la médisance", a estimé le président de la Région Midi-Pyrénées au micro Europe 1. "C'est peut-être de la volonté de nuire à travers moi à Kader Arif. En tout cas, la justice le dira". Et Martin Malvy de lancer un avertissement : "si je vois des écrits sur le favoritisme accusant le président de région ou la région, j'irai sans hésitation devant les tribunaux". Martin Malvy a également précisé que tous les appels d'offre passent par une commission où siègent également les membres de l'opposition. 

Kader Arif ne souhaite pas commenter. Kader Arif a fait savoir qu'il ne souhaitait pas commenter ces informations. Âgé de 55 ans, il a occupé pendant 10 ans (1999-2008) le poste de secrétaire fédéral du PS de la Haute-Garonne et est régulièrement présenté comme un proche de François Hollande.