Un projet d'attentat déjoué à Orléans

  • A
  • A
Un projet d'attentat déjoué à Orléans
Image d'illustration@ DOMINIQUE FAGET / AFP
Partagez sur :

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé mardi après-midi à Toulouse qu'un projet d'attentat a été déjoué à Orléans la semaine dernière. 

Un dixième projet d'attentat déjoué. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé mardi après-midi à Toulouse qu'un projet d'attentat avait été déjoué à Orléans la semaine dernière. Il s'agit du dixième projet d'attentat déjoué en deux ans par la DGSI.

Deux jeunes de 24 et 25 ans placés en détention provisoire. Selon les informations d'Europe 1, deux Français âgés de 24 et 25 ans, l'un originaire du Maroc, l'autre du Togo, tous deux installés à Orléans, ont été interpellés la semaine dernière dans le cadre d'une information judiciaire ouverte depuis le mois d'août par le parquet antiterroriste de Paris. Ils ont été mis en examen et placés en détention provisoire samedi pour "association de malfaiteurs en vue de commettre un acte terroriste".

Connus des services de police. Ils étaient connus des services de police pour des délits plutôt mineurs : outrage, conduite sans permis, refus d'obtempérer pour l'un et détention d'arme et outrage pour l'autre. L'un des deux hommes était aussi dans les fichiers de la DGSI pour avoir participé à des prières de rue.

Les deux suspects n'ont pas reconnu les faits en garde à vue mais, selon nos informations, il existe dans le dossier de nombreux éléments qui font penser qu'ils voulaient commettre des attentats en lien avec le djihad. Ils cherchaient visiblement à recruter d'autres personnes pour mener à bien leur projet. 

Ils cherchaient à se procurer des armes. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'un des deux hommes était en lien avec des Français susceptibles d'être en Syrie. Leur audition a confirmé qu'ils visaient une caserne de militaires, un commissariat de police et une gendarmerie. Ils avaient réuni des fonds et cherchaient activement à se procurer des armes pour passer à l'acte.