Un entrepôt de Lidl dans le sud-est perturbé par une grève

  • A
  • A
Un entrepôt de Lidl dans le sud-est perturbé par une grève
Le mouvement de grève au Rousset qui a débuté mardi, doit durer au moins jusqu'à jeudi matin, selon les syndicats.@ AFP
Partagez sur :

Les salariés de l'entrepôt, épinglé dans un reportage de "Cash Investigation", se sont mis en grève pour dénoncer leurs conditions de travail. 

Des salariés d'un entrepôt de Lidl, distributeur épinglé dans un reportage de Cash Investigation mardi, étaient en grève mercredi pour dénoncer leurs conditions de travail et le licenciement, selon eux abusif, de l'un de leurs collègues, selon des sources syndicales.

Environ 50 salariés en grève. Le mouvement de grève au Rousset, dans les Bouches-du-Rhône, qui a débuté mardi, doit durer au moins jusqu'à jeudi matin, a précisé Christophe Polichetti, délégué syndical et secrétaire général de la CGT Lidl Provence-Alpes-Côte d'Azur. Aucun camion ne sort de l'entrepôt, qui emploie environ 150 salariés, depuis mercredi matin, et les magasins de la région pourraient connaître des problèmes d'approvisionnement en produits frais et en fruits et légumes, a-t-il affirmé. Environ 50 salariés sont en grève, selon lui. Contactée par l'AFP, la direction de Lidl n'a pas réagi dans l'immédiat.



"J'aimerais envoyer des fleurs à la journaliste". Au Rousset, les salariés réclament "un changement des pratiques de management", l'arrêt "des menaces et des grossièretés" de la part de l'encadrement, et des avancées sur la façon dont sont décidés les plannings, a notamment détaillé le syndicaliste. Il explique avoir été "soulagé" de voir les conditions de travail dans l'entreprise rendues publiques par le reportage diffusé sur France 2 : "j'aimerais envoyer des fleurs" à la journaliste Sophie Le Gall qui l'a réalisé. 

Le reportage, intitulé "Travail, ton univers impitoyable", pointait en pleine réforme du Code du travail des méthodes de management aux conséquences parfois très lourdes, chez Free/Iliad et Lidl, entreprise allemande. L'émission a établi son record d'audience historique avec ce sujet.

Les syndicats dénoncent des "abus de pouvoir". Les syndicats du Rousset (CGT, CFDT, UNSA et Sud) réclament par ailleurs la réintégration d'un collègue, licencié selon eux pour "faute grave" après avoir quitté son poste 17 minutes avant l'heure. "Il avait prévenu ses supérieurs et on lui reproche d'avoir prêté son badge à un intérimaire, qui sans cela, ne pouvait pas aller travailler", a relaté Christophe Polichetti. "C'est une sanction complètement disproportionnée", ajoute le représentant du syndicat UNSA, Frédéric Blanc, qui dénonce les "abus de pouvoir" dans l'entreprise. "J'invite la ministre du Travail à venir nous voir, pour lui expliquer la réalité de comment ça fonctionne", ajoute-t-il.