Un couple de Tchétchènes soupçonné d'avoir séjourné en Syrie en garde à vue à la DGSI

  • A
  • A
Un couple de Tchétchènes soupçonné d'avoir séjourné en Syrie en garde à vue à la DGSI
La République tchétchène a fourni des contingents importants de djihadistes parmi les étrangers partis rejoindre les rangs de l'EI.@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

L'enquête vise à déterminer si dans ce couple, l'un des deux mis en cause, ou les deux, ont séjourné en Syrie, selon une source proche du dossier.

Un couple de Tchétchènes a été interpellé mardi par la DGSI et placé en garde à vue, soupçonné d'avoir séjourné en Syrie, a indiqué une sources judiciaire et proche du dossier, confirmant une information de BFMTV. La garde à vue des deux suspects, qui peut durer 96 heures, se poursuivait vendredi après-midi, a indiqué une source judiciaire.

Les enquêteurs de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont procédé à leur interpellation en Moselle et dans le Puy-de-Dôme dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris en février 2018 pour association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation de crime d'atteinte aux personnes, a précisé cette source. L'enquête vise à déterminer si dans ce couple, l'un des deux mis en cause, ou les deux, ont séjourné en Syrie, selon une source proche du dossier.



L'attentat de l'Opéra Garnier à Paris commis un jeune d'origine tchétchène. La République tchétchène a fourni des contingents importants de djihadistes parmi les étrangers partis rejoindre les rangs de l'organisation État islamique. En France, le dernier attentat djihadiste a été commis par un jeune Franco-russe d'origine tchétchène de 20 ans suivi pour radicalisation, Khamzat Azimov. Armé d'un couteau, il a tué un passant de 29 ans et blessé cinq autres personnes dans le quartier de l'Opéra Garnier à Paris. Un ami de ce dernier, Abdoul Hakim Anaiev, a été mis en examen et incarcéré pour "association de malfaiteurs terroriste en vue de préparer des crimes d'atteintes aux personnes". L'attaque a été revendiquée par le groupe EI.