Seine-Saint-Denis : Vallaud-Belkacem promet 500 postes de profs

  • A
  • A
Seine-Saint-Denis : Vallaud-Belkacem promet 500 postes de profs
@ Reuters
Partagez sur :

INFO E1 - La ministre de l'Education nationale a annoncé mercredi plusieurs mesures pour inciter les jeunes enseignants à travailler en Seine-Saint-Denis.

A la veille d'une grève massive dans les écoles, collèges et lycées de toute la Seine-Saint-Denis, la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, s'est rendue mercredi dans une école primaire à Bondy. Alors que 4.000 postes d'instituteurs manquent toujours à l'appel, la locataire de la rue de Grenelle a annoncé plusieurs mesures spécifiques pour s'attaquer à la pénurie de profs dans le 93. 

>> LIRE AUSSI - Mais qui veut enseigner en Seine-Saint-Denis ?

Un concours supplémentaire. Selon les informations d'Europe 1, en plus du concours classique pour devenir instit, un concours spécial pour l'académie de Créteil va être créé dès la prochaine rentrée. Objectif ? Les candidats qui ont raté la sélection dans d'autres académies plus recherchées comme Bordeaux ou Toulouse, auront ainsi une deuxième chance et pourront aller enseigner dans le département de Seine-Saint-Denis, s'ils en ont envie.

Miser sur des jeunes issus du 93. La deuxième mesure phare, c'est de miser sur des jeunes originaires de Seine-Saint-Denis. Plutôt que d'avoir des profs peu motivés à l'idée d'aller enseigner dans le 93, le ministère de l'Education veut former des jeunes issus du département. Leurs études seront payées à partir du Master 1 et en échange, ils enseigneront quelques années dans les écoles, collèges et lycées de Seine-Saint-Denis.

500 postes supplémentaires. Najat Vallaud-Belkacem s'est aussi engagé à la création de 500 postes dans le primaire d'ici 2017 tout en rappelant que 300 postes avaient déjà été créés.

>> LIRE AUSSI - Profs sans salaires en Seine-Saint-Denis : l'académie réagit

Recherche enseignant désespérément. La Seine-Saint-Denis manque cruellement de profs au point que des parents d'élèves de la ville de Saint-Denis, exaspérés par les classes sans enseignant ou surchargées depuis la rentrée, ont créé "un ministère du bonnet d'âne" pour interpeller les services de l'Etat.