Un agriculteur breton trouve la solution contre les frelons asiatiques : il élève des poules !

  • A
  • A
Un agriculteur breton trouve la solution contre les frelons asiatiques : il élève des poules !
@ GUILLAUME SOUVANT / AFP
Partagez sur :

Pas n'importe lesquelles : les poules noires de Janzé...mais cette espèce rare est en voie de disparition.

Les frelons asiatiques sont une nuisance dans les campagne. Dangereux, ils colonisent désormais deux tiers du territoire français, depuis leur apparition en 2004, et s'attaquent principalement aux abeilles. Un vrai problème pour les apiculteurs, comme Christophe Bitauld, installé en Ille-et-Villaine. En 2015, il a perdu 20% de ces ruches à cause des frelons asiatiques. Cet agriculteur breton, qui possède également des vergers de pommiers bio, a trouvé une solution écologique pour combattre les frelons. Il est allé chercher des poules...des poules noires de Janzé, une espèce locale en voie de disparition révèle Le Parisien

Des poules sauvages. Rien à voir avec les poules des fermes, qui attendent leurs rations de graines sagement. Les poules noires de Janzé sont capables de monter aux arbres pour se nourrir. Elles attrapent les insectes, dont le frelon asiatique et le décapite. Dans un premier temps, Christophe Bitauld les avait installé dans ses vergers pour venir à bout d'un autre nuisible, des anthonomes, qui s'en prenaient aux pommiers. Très vite, il remarque que les poules noires de Janzé ne font pas de différence et s'attaquent aussi aux frelons. "Elles les attrapent d'un coup de bec quand ils sont en vol stationnaire devant les ruches", raconte-t-il. "Puis elles les décapitent pour ne manger que le corps qui est plein de protéines."

L'agriculteur breton reçoit un prix. Cette découverte a permis à Christophe d'être primé au concours d'idées agricoles et de recevoir un prix de 5.000 euros. Cette aide va lui servir à aller plus loin dans son projet. Il est en train de construire un poulailler mobile et compte bien prêter ses poules noires de Janzé. Deux agriculteurs normands lui ont fait savoir qu'ils étaient intéressés.