Toulouse : un système dans le métro pour faciliter l'accès des handicapés

  • A
  • A
Toulouse : un système dans le métro pour faciliter l'accès des handicapés
Le nouveau dispositif du métro toulousain a été conçu par des associations d'handicapés. Image d'illustration.@ EITAN ABRAMOVICH / AFP
Partagez sur :

Vendredi, le métro toulousain a inauguré de nouveaux portiques, plus bas de 50 centimètres, qui doivent rendre plus facile leur utilisation par les handicapés. 

Vendredi, le métro de Toulouse a inauguré un dispositif pour faciliter son utilisation par les personnes handicapées. Les portiques de validation sont désormais situés à un niveau plus bas, rapporte lundi France Bleu. D'autres ville sont d'ores et déjà intéressées.

"Ça n'existait nulle part". Le dispositif n'a rien d'extraordinaire et pour cause, les portiques permettant de valider le titre de transport ont juste été abaissés de 50 centimètres. "Curieusement, ça n'existait nulle part", explique Jean-Michel Lattes, président de Tisséo, le réseau de transport de la ville rose. Et pour être sûr de ne pas décevoir, Tisséo a misé sur un système conçu par des associations pour handicapés. Après qu'une entreprise a créé un prototype, ce nouveau portique a été adopté. 

"C'est vraiment plus facile". Pour les personnes se déplaçant en fauteuil roulant, prendre le métro sera moins une épreuve. "C'est vraiment plus facile quand on ne peut pas trop lever le bras", commente ainsi Christiane, une usagère. Pour les mal-voyants ou les aveugles, le changement aussi est bénéfique. Du travail reste cependant à faire selon Pascale : "maintenant ce qu'il faut améliorer c'est le civisme des gens. Souvent ma chienne (guide) se prend le portillon sur la tête car quelqu'un en face n'a pas fait attention. Les gens doivent comprendre que certaines personnes sont moins agiles, moins rapides !".

Bientôt des ascenseurs moins en panne. Autre domaine où le métro toulousain peut s'améliorer : les ascenseurs et les escalators, souvent en panne, de quoi dissuader les handicapés. Jean-Michel Lattes déplore que le matériel soit chinois : "on n'a pas les pièces". Et de promettre un nouvel appel d'offres, qui comprendra cette fois-ci la maintenance.