Tariq Ramadan mis en examen pour viols : "Il exerce une véritable emprise sur ses proies" soutient Caroline Fourest

  • A
  • A
Tariq Ramadan mis en examen pour viols : "Il exerce une véritable emprise sur ses proies" soutient Caroline Fourest
Selon l'essayiste, le théologien "arrive à manipuler ces femmes". @ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

L'essayiste Caroline Fourest, qui combat médiatiquement Tariq Ramadan depuis plusieurs années, est "soulagée" de la mise en examen du théologien.

PARU DANS LEJDD

Le théologien suisse Tariq Ramadan, visé par deux plaintes pour viols, a été mis en examen vendredi à Paris. Après deux jours de garde à vue, il a été incarcéré  dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte à son encontre en novembre pour "viols et violences volontaires". Dimanche, dans le JDD, l'essayiste Caroline Fourest, auteur d'un livre paru en 2004 dénonçant un double discours de Tariq Ramadan, auditionnée par les enquêteurs, s'est dit "soulagée pour les victimes qui se reconstruisent à travers cette procédure", notamment "Christelle", avec qui la journaliste est en contact depuis huit ans. 

"Elle a commencé à sortir de son humiliation". "A l'issue de la confrontation, elle a commencé à sortir de l'humiliation", souligne Caroline Fourest. Avant son placement en garde à vue vendredi, le célèbre prédicateur musulman avait été confronté pendant plus de trois heures à cette plaignante. Les faits pour lesquels Tariq Ramadan est mis en examen "sont d'une cruauté qui dépasse tout ce qu'on pourrait démontrer dans un livre", ajoute-t-elle.

Il arrive "à les culpabiliser". Selon l'essayiste, qui combat médiatiquement cette figure musulmane depuis plusieurs années, le théologien "arrive à manipuler ces femmes, à leur faire croire qu'elles ont cherché ce qui leur arrive, à les culpabiliser de ce qu'il leur a fait subir (...) Il exerce une véritable emprise sur ses proies comme sur ses fidèles", maintient-elle. L'islamologue de 55 ans a demandé que son placement en détention provisoire fasse l'objet d'un débat entre le juge des libertés et de la détention (JLD) et sa défense. Il saura mardi au plus tard s'il reste incarcéré.

On vous résume en 1 minute : ce que la justice reproche à Tariq Ramadan :