Supposées "impuretés" dans le Levothyrox : le CNRS réfute les affirmations d'un de ses chercheurs

  • A
  • A
Supposées "impuretés" dans le Levothyrox : le CNRS réfute les affirmations d'un de ses chercheurs
La nouvelle formule du Levothyrox a été mise sur le marché en 2017.@ REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :

Jean-Christophe Garrigues, chercheur au CNRS, avait affirmé mercredi avoir décelé un "élément impur" en analysant la formule du Levothyrox, une analyse invalidée par son employeur.

Un chercheur a affirmé avoir retrouvé des "impuretés" dans la nouvelle formule du Levothyrox, mais le CNRS, son employeur, a estimé vendredi qu'il n'avait "pas respecté la déontologie scientifique indispensable pour valider toute recherche".

Résultats non validés. Ce chercheur toulousain, Jean-Christophe Garrigues, a affirmé mercredi au site Médiacités avoir décelé un "élément impur" en analysant ce médicament, accusé par certains patients de provoquer des effets secondaires. "Ce pic d'impureté alerterait le moindre scientifique", a-t-il assuré, sans nommer les substances selon lui en cause.

"En tant qu'employeur, le CNRS considère que l'agent n'a pas respecté la déontologie scientifique indispensable pour valider toute recherche", a réagi le CNRS dans un communiqué au ton inhabituellement vif. "Les résultats annoncés par Jean-Christophe Garrigues, ingénieur de recherche au CNRS, n'ayant pas été validés par le processus d'évaluation par les pairs propre à la communauté scientifique, le CNRS considère qu'ils ne constituent pas en l'état actuel des faits scientifiques", a ajouté l'organisme de recherche.

Une nouvelle formule "de bonne qualité". Ces mesures "ne sont liées en aucune façon à une quelconque activité de recherche de son équipe ou du laboratoire", bien que le chercheur ait utilisé son équipement pour les réaliser, poursuit le CNRS. Pour toutes ces raisons, "le CNRS et l'université Toulouse Paul-Sabatier ont demandé l'annulation d'une conférence de presse" prévue vendredi matin dans leurs locaux par l'association de patients AFMT, à laquelle aurait dû participer Jean-Christophe Garrigues. Cette association est en pointe dans la lutte contre le nouveau Levothyrox.

De leur côté, l'Agence du médicament ANSM et le laboratoire Merck ont réassuré vendredi que la nouvelle formule de ce médicament était "de bonne qualité". Mise sur le marché au printemps 2017, à la demande de l'ANSM, la nouvelle formule de ce médicament pour la thyroïde est accusée par des patients de provoquer une vague d'effets secondaires (fatigue, maux de tête, insomnies, vertiges, etc...). Selon des chiffres officiels, quelque 31.000 patients (sur un total de 2,2 millions) se sont plaints d'effets indésirables. L'affaire fait l'objet de plusieurs procédures en justice.