Strasbourg : soupçonné d'avoir fait le djihad, il porte plainte

  • A
  • A
Strasbourg : soupçonné d'avoir fait le djihad, il porte plainte
@ MAXPPP
Partagez sur :

Son avocat demande une protection juridique pour son client qui affirme avoir été "piégé" et "manipulé".

Et si malgré son séjour en Syrie, il avait refusé de combattre dans les rangs des djihadistes ?  Soupçonné d’avoir mené le djihad en Syrie, un homme de 25 ans, interpellé à Strasbourg en mai dernier, affirme avoir été séquestré dans la région d’Alep parce qu’il refusait de s’entraîner avec des groupes armés.  Il était parti de Francfort à la mi-décembre avec une dizaine de jeunes de la région, dont six ont été interpellés avec lui à leur retour. Mis en examen et écroué pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de terrorisme", l'homme clame son innocence. Son avocat a porté plainte contre X jeudi dernier.

Ses papiers confisqués par des hommes armés et cagoulés. Ce jeune Strasbourgeois de 25 ans affirme être parti en Syrie pour aider les populations civiles. Marié, le jeune homme qui avait un travail avant son départ, dort aujourd'hui en prison. Lui qui n'avait jamais eu d'ennuis avec la justice, dit avoir été piégé et avoir subi des sévices et violences physiques. Motif de ces tortures ? Il refusait de combattre. Il explique avoir été pris en charge à son arrivée en Syrie par des hommes armés et cagoulés qui lui ont confisqué ses papiers, avant de le séquestrer avec d'autres Français dans la région d'Alep.

>> LIRE AUSSI - Au tribunal, le récit loufoque d'un apprenti djihadiste

"Il estime avoir été piégé et manipulé". "Il s'estime victime de la situation qu'il a rencontré là-bas, qui n'était pas du tout celle qu'on lui avait décrite", explique au micro d'Europe 1 son avocat, Me Eric Plouvier. "Il estime en ce sens qu'il a été piégé et manipulé par ceux qui ont organisé pour lui ce voyage. Il parle de traitement inhumain et dégradant", poursuit l'avocat, en assurant que son client n'est absolument pas dans la radicalité religieuse.

>> LIRE AUSSI - Un aspirant djihadiste arrêté au Maroc avec ses deux fillettes

Pour Me Eric Plouvier, maintenir son client en détention serait dangereux et demande à l’État une protection juridique. "Il n'approuve aucunement les méthodes des terroristes en Syrie et je pense qu'il est temps - et cette plainte en est l'occasion - de montrer que tous ne partent pas pour faire la "guerre sainte" et égorger les gens", assure l'avocat. "Certains sont piégés dans un système naïf et l’État doit leur apporter une protection et doit enquêter", ajoute-t-il.