Simulation d'attentats au Stade de France dix jours avant l'Euro

  • A
  • A
Simulation d'attentats au Stade de France dix jours avant l'Euro
Des simulations d'attentats au Stade de France ont été organisées en prévision de l'Euro, mardi @ JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :

Le scénario de l'exercice, qui prévoyait plusieurs attentats en différents sites, n'était pas connu des forces de l'ordre ni des secours. 

Près de 500 figurants, secouristes et policiers ont simulé mardi des attentats simultanés dans et aux abords du Stade de France, afin de tester la coordination des forces d'intervention à dix jours du match d'ouverture de l'Euro-2016.

Sept mois après le 13 Novembre. A 9h40, les haut-parleurs donnent le décompte : 5, 4, 3, 2, 1... Une fausse bombe explose. Des cris s'élèvent, les sirènes des ambulances ne tardent pas à suivre. Il s'agit de la phase 1 de l'exercice de gestion de crise "multi-attentats" et "multi-sites" qui a été organisé mardi au Stade de France, au nord de Paris. Sept matches de l'Euro-2016 (10 juin-10 juillet) se joueront dans cette enceinte de 80.000 places, sept mois après les attentats du 13 novembre qui avaient débuté aux abords de ce même stade, y faisant un mort et 56 blessés.

Exercice dans une fan zone. Le scénario de l'exercice de mardi n'était pas connu des forces de l'ordre ni des secours. Au total, quelque 250 figurants et 200 intervenants (policiers, pompiers, membres du Samu...) ont été mobilisés. La première explosion était censée se produire en plein match, dans les coursives derrière les tribunes du stade.  Une deuxième "explosion" est ensuite déclenchée sous un pont, entre les gares RER et le stade, au moment de l'évacuation des spectateurs. Enfin, une fusillade est censée éclater dans la fan zone de Saint-Denis, à quelques kilomètres de là.

Des figurants en guise de victimes. Bilan virtuel de ces attaques simulées : une vingtaine de morts, une soixantaine de blessés. La presse n'a pas eu accès à la simulation dans le stade à la demande de l'organisateur de l'Euro, l'UEFA, selon la préfecture de police. Et la fusillade de la fan zone a été simulée sans mobiliser de personnes sur le terrain. La phase 2, sous le pont, a eu lieu une heure après la première simulation d'explosion. Au moment où retentit la détonation, assourdissante, les figurants, en grande majorité des élèves infirmiers, font semblant d'être touchés, d'autres partent en courant. Une fiche autour du cou décrit leurs blessures.

Eviter un risque de "surattentat". Des policiers se sont alors déployés, de même que quelques secouristes. Six hommes du Raid sont arrivés 15 minutes plus tard, en armes. Leur mission dans cette situation : sécuriser la zone pour permettre aux secours d'intervenir sans risque et ainsi éviter un "surattentat", selon la porte-parole de la préfecture de police, Johanna Primevert. L'exercice, qui s'est terminé à la mi-journée, "nous sert à anticiper les moyens dont on a besoin", a expliqué le commandant Gabriel Plus, porte-parole des pompiers de Paris. "Pour que le jour J ça fonctionne bien", a-t-il ajouté.