Sept Français sur dix favorables à la prolongation de l'état d'urgence

  • A
  • A
Sept Français sur dix favorables à la prolongation de l'état d'urgence
L'Etat d'urgence doit (normalement) s'arrêter le 21 février prochain. @ MEHDI FEDOUACH / AFP
Partagez sur :

LA SÉCURITÉ AVANT TOUT - Selon une enquête réalisée par YouGov, la plupart des Français sont favorables à la prolongation de l'état d'urgence. 

Les Français votent pour la sécurité. Selon un sondage YouGov pour le Huffington Post et iTELE publié mercredi, près de sept Français sur dix - 69% - sont favorables à la prolongation de l'état d'urgence au-delà du 21 février.

Plus les Français sont âgés, plus ils sont pour. Dans le détail, 29% s'y disent "très favorables", 39% "plutôt favorables", 13% "plutôt défavorables", 10% "très défavorables", et 9% ne se prononcent pas. Le soutien à cette prolongation augmente avec l'âge (56% pour les 18-34, 66% pour les 35-54, 77% pour les 55 ans et plus). Il est majoritaire quel que soit la proximité partisane (54% pour les sympathisants du Front de gauche et de l'extrême gauche, 76 à 81% pour le reste de l'éventail politique).

Les libertés fondamentales, pas la priorité des Français. 65% des sondés se reconnaissent davantage dans la proposition "la prolongation de l'état d'urgence en cas de menace avérée se justifie, car il faut accepter une certaine limitation des libertés fondamentales des individus pour mieux garantir la sécurité de tous" que dans celle selon laquelle cette prolongation est "dangereuse car ce régime d'exception porte atteinte aux libertés fondamentales des individus". Seuls 18% des sondés préfèrent cette seconde assertion, 16% ne se prononçant pas.

Le soutien à l'état d'urgence aujourd'hui en vigueur est plus net encore (77%), même si les personnes interrogées sont une proportion significativement moindre (58%) à juger que cette mesure est "efficace" pour lutter contre la menace terroriste en France (7% très efficace, 50% plutôt efficace). Enfin, 62% des sondés sont favorables à l'inscription de l'état d'urgence dans la Constitution (23% y étant défavorables et 15% ne se prononçant pas).