Seine-Saint-Denis : une professeure giflée, Blanquer se dit "scandalisé"

  • A
  • A
Seine-Saint-Denis : une professeure giflée, Blanquer se dit "scandalisé"
Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a apporté sa "solidarité" à l'enseignante agressée début octobre. @ AFP
Partagez sur :

Le ministre de l'Éducation a réagi à l'agression d'une enseignante dans un lycée d'Île-de-France, au début du mois d'octobre. 

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s'est dit "scandalisé" lundi après l'agression au début du mois d'octobre d'une professeure d'un lycée de Gagny, en Seine-Saint-Denis. Elle avait été giflée par un élève pendant qu'un autre filmait la scène.

"J'en ai été profondément scandalisé". "Je lui ai parlé au téléphone, c'est une femme très digne et elle a eu la réaction la plus remarquable qui soit", a dit le ministre sur BFMTV. "J'ai vu tout cela et j'en ai été profondément scandalisé", a-t-il ajouté. Les faits ont eu lieu le 4 octobre au lycée professionnel Jean-Baptiste Clément. Selon les premiers éléments, un élève de 16 ans a giflé la professeure au motif qu'elle avait fait tomber son téléphone portable qu'elle venait de lui confisquer, a expliqué une source proche de l'affaire.

Deux élèves devant les juges. Un autre élève, âgé de 18 ans, a filmé la scène et a diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux, selon cette source. "On a vu la vidéo apparaître sur les réseaux sociaux en milieu, fin de semaine dernière", a précisé le rectorat de Créteil. Depuis, "tout a été fait pour qu'elle soit retirée", a ajouté le rectorat. Les deux élèves ont été interpellés vendredi. Le mineur a été convoqué le 30 novembre devant le juge des enfants, et le majeur le 6 février 2018 devant le tribunal correctionnel, a précisé la source proche.

Ils ont tous deux été exclus de l'établissement temporairement, dans l'attente de leur passage en conseil de discipline, a précisé le rectorat. "Quand des faits aussi graves ont lieu, il doit y avoir une immense solidarité vis-à-vis des victimes et il doit y avoir de l'intransigeance vis-à-vis de ceux qui sont auteurs de cela", a encore déclaré Jean-Michel Blanquer.