Sécurité routière : les "bons conducteurs" moins nombreux

  • A
  • A
Sécurité routière : les "bons conducteurs" moins nombreux
Partagez sur :

Un baromètre met à jour un relâchement des bonnes pratiques sur les routes. Point positif : la conduite des jeunes s'améliore.

Il y a moins de bons conducteurs sur les routes de France cette année que l'an dernier. C'est le principal enseignement qui ressort d'un baromètre Axa Prévention présenté jeudi et que vous dévoile Europe1.  

Plus de téléphone et d'alcool au volant. La proportion de "bons conducteurs" représentait 51% des usagers de la route en 2014, ils ne sont plus que 48% cette année, relève le baromètre. Ainsi, 38% des automobilistes téléphonent au volant, avec ou sans kit mains libres (ils étaient 34 % en 2014). 28% des personnes interrogées reconnaissent, par ailleurs, prendre parfois le volant après avoir bu deux verres d'alcool bien qu'ils aient conscience de la dangerosité de ce comportement. Ils n'étaient "que" 26% en 2014.

Un bon point pour les 18-25 ans. La bonne nouvelle de ce baromètre se trouve du côté du comportement des jeunes conducteurs qui s'est significativement amélioré : moins nombreux à passer des coups de fil au volant (42% en 2015 contre 57% en 2014), ils ne sont plus "que" 21% à prendre le volant après avoir bu deux verres d’alcool (ils étaient 25% en 2014).

Disparités régionales. Toutes les régions de France ne sont pas logées à la même enseigne : ainsi, si le nombre de "bons conducteurs" dans le Sud-Est s'améliore pour monter à 54% désormais (contre 49% en 2014) ce n'est pas le cas en Ile de France, une région où la situation est qualifiée de "préoccupante" puisque le pourcentage de "bons conducteurs" tombe à 34% (ils étaient 37% en 2014).

routes

Un manque de civisme général. L’incivisme est en revanche un défaut largement partagé par tous les automobilistes de France puisque 67% des conducteurs interrogés reconnaissent "s’énerver et insulter les autres conducteurs". Plus grave : ils sont 51% à ne pas, parfois, laisser la priorité à un piéton qui attend au passage, 26% à forcer une priorité à droite et 18% à se garer sur un emplacement réservé ou un trottoir.

Cette enquête menée par téléphone par l'institut TNS Sofres pour Axa Prévention a été réalisée du 16 au 30 décembre 2014 auprès d'un échantillon national représentatif de 1.510 automobilistes.

>> A LIRE AUSSI - Une hausse historique de la mortalité sur les routes en 2014

>> LIRE AUSSI - Morts sur les routes : un plus bas historique en 2013