Revenu universel de base : ces pays et ces villes qui l'ont testé

  • A
  • A
Revenu universel de base : ces pays et ces villes qui l'ont testé
@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

REVENU UNIVERSEL - Comme la Finlande, d'autres villes ou pays étudient la possibilité d'accorder un revenu à l'ensemble de leurs citoyens. 

La Finlande devrait devenir le premier pays européen à verser un revenu de base à l'ensemble de ses citoyens. Dès novembre 2016, chaque Finlandais pourra en effet recevoir une allocation de 800 euros par mois, sans considération de richesse ni d'âge. Helsinki espère ainsi faire reculer la pauvreté et le chômage. Le pays scandinave n'est pas le seul à vouloir mettre en place un tel revenu universel. L'Alaska et Singapour l'ont déjà instauré. Et la liste pourrait bien s'allonger…

Dauphin (Canada), première ville test. Le concept de revenu de base a été expérimenté dès les années 1970. Dans le cadre du Programme Mincome, le gouvernement canadien tente une expérimentation sociale et devient le premier pays à tester le revenu de base. La petite ville de Dauphin (10.000 habitants, ndlr) est l'heureuse élue. Pendant cinq ans, entre 1974 et 1979, les familles qui avaient un revenu trop bas bénéficient d'une allocation fixe. Le programme s'avère une réussite. "De nombreux participants se souviennent et sont reconnaissants pour les opportunités que le Mincome leur a offertes à eux et à leurs enfants", analysait récemment Evelyn Forget sur le site du Mouvement Français pour un revenu de base. "Tous nous ont mentionné le bienfait du programme pour l’Éducation, insiste-t-elle, soit parce qu’ils avaient réussi à obtenir une formation professionnelle, soit parce que leurs enfants avaient pu étudier plus longtemps à l’école. La plupart pensent que cela aurait dû perdurer". Malheureusement, le projet est abandonné… faute de moyens.

Avec le revenu de base, nous pensons que plus de gens seront un peu plus heureux

L'Alaska, un revenu annuel depuis 1982. Grâce à l'Alaska Permanent Fund, un fonds issu des revenus du pétrole et du gaz extraits dans la région, tous les résidents de plus de 5 ans en Alaska bénéficient d'un revenu annuel qui fluctue selon les années. Là aussi, il s'agit bien d'un revenu de base inconditionnel, versé donc à tout le monde. Pour vous donner un ordre d'idée, il a été de 1.884 dollars l'an dernier (1.732 euros, ndlr). Toutefois, cette allocation n'est pas très élevée si on la rapporte au mois (144 euros, ndlr). Instauré en 1982, cette allocation existe toujours.

Les Pays-Bas vont le tester un peu partout. Dès janvier prochain, la ville d'Utrecht (4e ville du pays avec 300.000 habitants, ndlr) tentera l'expérience. 300 citoyens au chômage et bénéficiaires des minima sociaux recevront 900 euros par mois (pour un adulte seul) et 1.300 euros (pour une famille). "Les gens disent que les bénéficiaires ne vont pas chercher à retrouver du travail", expliquait la chargée du projet au site Quartz. "Nous allons le vérifier. Nous, nous pensons que plus de gens seront un peu plus heureux et qu'ils finiront quand même par trouver un travail". Une trentaine de municipalités comme Tilburg ou Groningen devraient, elles aussi, imiter Utrecht sur le revenu de base.

La Suisse se prononcera en 2016. Le peuple suisse est à l'origine du projet. Après avoir récolté 125.000 signatures, la pétition devient une proposition concrète. Obligés de se pencher sur la question, les députés ont rejeté fin septembre l'idée d'un revenu de base pour chaque citoyen de 2.500 francs suisses (2.311 euros, ndlr). Mais le projet n'a pas été abandonné pour autant. Au contraire, les Suisses se prononceront en 2016 sur ce revenu de base. Selon un dernier sondage, 49% des Suisses se déclaraient prêt à voter pour. 

* La liste n'est bien évidemment pas exhaustive. Certains pays comme l'Inde, le Royaume-Uni ont, Singapour, eux aussi, tenté des expériences autour du revenu de base. Mais nous avons choisi de ne pas les retenir car l'idée n'est pas la même qu'en Finlande. Dans ces pays, les expérimentations n'étaient pas généralisées à l'ensemble de la population.