Rémi Gaillard : "Mon chien m'a appris beaucoup plus que les êtres humains"

  • A
  • A
Rémi Gaillard : "Mon chien m'a appris beaucoup plus que les êtres humains"
Rémi Gaillard fond en larmes après sa deuxième nuit en cage.@ Capture d'écran Daiymotion // Facebook Rémi Gaillard
Partagez sur :

Il a vécu une vie de chien. Rémi Gaillard s'est fait enfermer à la SPA pour sensibiliser sur la condition des animaux abandonnés et leur venir en aide.

INTERVIEW

Quatre jours et quatre nuits. C'est le temps qu'est resté enfermé Rémi Gaillard dans une cage de la SPA de Montpellier. L'humoriste et vidéaste s'est infligé "une vie de chien" pour sensibiliser à la cause animale, récolter de l'argent pour la SPA et surtout faire adopter des animaux. Le trublion de Youtube raconte son aventure au micro de David Abiker.

"Je me suis réconcilié avec le genre humain". L'opération choc est une réussite : 200.000 euros ont été amassés et des dizaines d'animaux ont retrouvé un foyer. "C'était quatre jours pas faciles, mais une expérience inédite qui m'a apporté beaucoup. Quand je suis rentré en cage, j'avais une piètre image de l'homme. J'ai tendance à préférer les animaux. Mais là, ça m'a touché personnellement. Je me suis réconcilié avec le genre humain. J'ai vu défiler devant moi je ne sais combien - mais des milliers de visiteurs - le matin, l'après-midi et des noctambules aussi qui sont venus m'accompagner. J'ai reçu beaucoup d'amour, j'ai vu des gens venir jusqu'à moi, me tendre la main, me raconter leurs histoires, me remercier aussi." Désormais, le souhait de Rémi Gaillard est que ces 200.000 euros soient "bien utilisés à la SPA de Montpellier".

Il craque et pleure. Pourtant, malgré les témoignages d'affection, dans une captation vidéo, on peut voir que l'homme a craqué dans sa cage, après la deuxième nuit. Le traditionnel amuseur pleure. "C'était la plus dure. La première nuit, le froid m'a eu. J'angoissais déjà à l'idée de la seconde nuit. Pour la seconde, j'ai bravé le froid, mais ce qui était insupportable, c'était tous les hurlements, aboiement, cris de détresse de mes congénères à côté. De 3h à 7h, c'était la pire nuit de toute ma vie. Il me manquait tous mes repères", dit-il encore ému. J'avais les mains sur les oreilles." Pourtant il estime avoir été traité comme "chien VIP", dans une cage exposée plein sud, avec des visiteurs.

"Pour tous les chiens qui sont encore là." C'est la perte de son chien qui a poussé Rémi Gaillard à se lancer ce défi. "C'était le 2 mai 2012, jour du débat présidentiel entre Sarkozy et Hollande. Quand mon chien est parti, je me suis rendu compte que tout ce qui se passe dans le monde, toute cette élite, je n'en avais plus rien à foutre. Je vais peut-être revoter mais je ne vote plus depuis. C'est pour ça que j'ai une tendresse particulière pour les animaux à travers mon chien qui m'a appris beaucoup plus que les êtres humains, avec des aboiements, un regard, une fidélité, un désintéressement. Je l'ai fait pour tous les chiens qui sont encore là."