Réinventer Paris : “le verdissement de la ville est quelque chose d’essentiel”, pour Missika

  • A
  • A
Partagez sur :

Jean-Louis Missika, adjoint au maire d’Anne Hidalgo chargé de l’urbanisme et de l'architecture, était l’invité de David Abiker, dimanche dans "C’est arrivé demain", pour parler de l’opération Réinventer Paris.

"La métropole du XXIe siècle sera très très différente de la ville du XXe siècle". Un constat que Jean-Louis Missika peut dresser après avoir pris connaissance des 372 dossiers ayant participé au concours d'architecture "Réinventer Paris", dont les projets visent à dessiner le nouveau visage de la capitale. Invité dominical de David Abiker, dans C'est arrivé demain sur Europe 1, l'adjoint à la maire de Paris, chargé de l’urbanisme et de l'architecture et du Grand Paris, est revenu sur la fin, jeudi dernier, de cette opération. Lancée en novembre 2014 par la Ville de Paris, elle concerne 23 sites parisiens et a couronné 22 équipes lauréates sur les 75 dossiers retenus par le jury international.

Plus de verdure dans le futur. Un changement majeur est à noter, commun à toutes ces projections dans le futur, "le retour de la nature en ville". "Le verdissement de la ville est devenu quelque chose d’essentiel”, développe Jean-Louis Missika. Une évolution à l'opposé de l'époque haussmannienne, "où l'hygiénisme a conduit à minéraliser la ville, car pour lutter contre les maladies, il fallait un peu lutter contre la nature", explique Jean-Louis Missika, qui est également sociologue. Et parmi les projets faisant la part belle à la végétation, une tendance se dégage : "la végétalisation, ce n'est pas qu’une affaire de sol, c’est aussi une affaire de façades et de toits". 

Une plantation de thé au cœur de Paris. Car grâce aux "progrès faits en matière de maîtrise des matériaux et de naturalisation", la nature peut devenir verticale, s'installer là où on ne savait pas la "mettre" auparavant. Pour exemple, un projet dans le 13e arrondissement de Paris, avec "des façades en micro-algues, qui vont permettre de gérer la température du bâtiment". Ou encore le projet "Mille arbres", particulièrement remarqué : une forêt en bas et en haut du périphérique parisien, qui devrait voir le jour en 2022, au niveau du boulevard Pershing, dans le 17e arrondissement. Avec, au sommet, "une plantation de thé car il se trouve que les feuilles de thé n’absorbent pas le CO2, donc on peut faire du thé au-dessus du périphérique", précise le directeur de l'urbanisme de la capitale.

Les projets de demain exposés. "Tous ces projets verront le jour", a assuré Jean-Louis Missika à propos de cet "appel à projets urbains innovants". Qui plus est, ils ne coûteront "pas un sou au contribuable", insiste l'adjoint au maire car la ville louera ou vendra les sites concernés aux lauréats. Si vous souhaitez découvrir les 75 projets sélectionnés, vous avez jusqu’au 8 mai pour vous rendre au Pavillon de l’Arsenal, où ils sont exposés.



 >> Retrouvez tous les dimanches, de 9 à 10 heures, l'émission de David Abiker, "C'est arrivé demain".