Réchauffement climatique : "L'État n'est pas encore au rendez-vous", estime le sénateur EELV Ronan Dantec

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Ronan Dantec fait partie de la trentaine de signataires d'un tribune appelant les États à agir. "Nos sociétés vont vers la catastrophe" mais "elle n'est pas inéluctable", assure-t-il sur Europe 1.

INTERVIEW

"Il est plus que temps d'agir" : une trentaine de personnalités du monde politique, religieux, économique ou encore syndical pressent les États, dont la France, d'agir sans attendre face à l'urgence climatique, dans une tribune publiée vendredi par le quotidien La Croix. Parmi eux, Ronan Dantec, sénateur EELV de Loire-Atlantique, qui était l'invité de Matthieu Belliard sur Europe 1, vendredi.

La "catastrophe n'est pas inéluctable". "Nos sociétés vont vers la catastrophe" mais "elle n'est pas inéluctable", estime-t-il. D'après lui, il est possible de tenir les objectifs de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré en mettant "toutes les politiques publiques en cohérence". Il reconnaît qu'"il y a des élus (au niveau local) qui tiennent les objectifs aujourd'hui".

"Ce que l'on dit dans cet appel, c'est qu'au niveau national, il faut maintenant démultiplier l'action sur tous les territoires", explique-t-il. Car selon lui, "pour l'instant, malgré la loi de transition énergétique, l'État n'est pas encore au rendez-vous, notamment sur les financements".

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"On ne fait pas encore du climat une véritable priorité politique". "On connaît les solutions" pour agir sur le climat, assure Ronan Dantec. "Il y a des pays qui, aujourd'hui, réduisent leurs émissions", lâche-t-il en prenant pour exemple "la Suède, le Danemark" et la Californie qui "a montré son savoir-faire" en la matière.

"On sait faire ! Simplement, on n'en fait pas encore une véritable priorité politique", juge Ronan Dantec. Le sénateur appelle notamment "les citoyens qui descendent dans la rue" à dire "clairement à leurs responsables politiques avant de voter : 'C'est aussi d'abord sur le climat que je vais voter parce que c'est l'avenir de mes enfants.'"

Près d'une soixantaine de mobilisations citoyennes sont prévues samedi en France pour le climat, à Paris, Lyon, Nice ou encore Nouméa, après un premier mouvement inédit en septembre qui avait réuni des dizaines de milliers de personnes dans la rue.