Qwant junior, le moteur de recherche des 6-12 ans

  • A
  • A
Qwant junior, le moteur de recherche des 6-12 ans
L'Education nationale a décidé de généraliser ce moteur de recherche sera généralisé dans toutes les écoles de France@ PASCAL PAVANI / AFP
Partagez sur :

Pour la première fois, un moteur de recherche sur internet est spécifiquement dédié aux enfants. Et c'est une innovation française.  

Les parents n'ont plus de quoi s'inquiéter quand leurs enfants surfent sur internet. Qwant junior, innovation française destinée spécialement aux 6-12 ans et aux écoles, est présenté vendredi matin. Cet outil de recherche doit permettre aux plus jeunes de naviguer sur la toile sans risque de mauvaise surprise.

Les images violentes filtrées. Non seulement les enfants ne pourront pas tomber sur des photos ou des sites pour adultes, mais, en plus, toutes les images violentes seront filtrées, elles aussi. Par exemple, si on tape "Paris" ou bien "Bataclan", les images liées aux attentats ne s'afficheront pas. A la place, les petits internautes verront des images normales de la capitale et de la salle de spectacle. Idem si on recherche le mot "Syrie", on obtiendra des illustrations sur le pays, mais encore une fois, aucune photo violente.

"Ce que j'entends depuis quelques temps en écoutant les psychiatres et les autres, c'est que l'image est beaucoup plus choquante que le fait de parler de ce qui s'est passé. Les enfants comprennent bien de quoi on peut parler, mais l'image qui va avec n'est pas toujours facile à expliquer", précise Eric Léandri, cofondateur de Qwant junior.

Des contenus pédagogiques. L’autre point fort de ce moteur, c’est que dans les résultats de recherche, il y a aussi des contenus pédagogiques, des cours ou des exercices, qui correspondent aux programmes officiels. Pour se lancer, Qwant junior pourra profiter d'un gros coup de projecteur. Le ministère de l’Education nationale, qui l’a testé, a décidé de le généraliser dans toutes les écoles de France. Le moteur de recherche pourrait atteindre 10 milliards de requêtes cette année. De quoi commencer à chatouiller sérieusement le géant Google.