Qui est le policier "Kung fu" qui a fait face aux casseurs ?

  • A
  • A
Qui est le policier "Kung fu" qui a fait face aux casseurs ?
@ Capture d'écran Facebook : "Soutien aux Forces de l'Ordre"
Partagez sur :

La vidéo de sa réaction face aux attaques des casseurs a fait le tour du web. Mais qui est ce policier à l'incroyable sang-froid ? 

Les images de l'attaque contre une voiture de police, mercredi à Paris, ont été largement diffusées à la télévision et sur les réseaux sociaux. Une vidéo notamment a été vue plus de 9 millions de fois vendredi matin, un score parmi les plus élevés jamais enregistrés en France pour une vidéo d'information, selon Facebook. Un score incontestablement lié au courage et au sang-froid du policier, qui conduisait la voiture.

A mains nues quand d'autres auraient sorti leur arme. Après être sorti de la voiture, dont les vitres avaient déjà été brisées et où un fumigène venait d'être lancé, Kevin, 28 ans a fait face à mains nues au casseur qui le frappait avec une tige métallique. Une réaction pas très académique. Dans les mêmes circonstances, plusieurs policiers - pourtant habitués aux situations chaudes en Seine-Saint-Denis - ont confié à Europe 1 qu'ils auraient sans doute sorti leur arme... Et peut-être même ouvert le feu.

Un policier expérimenté ? Pas exactement. On pourrait croire que celui qui est désormais surnommé le "policier Kung fu" sur les réseaux sociaux est un fonctionnaire particulièrement expérimenté. Mais il n'est qu'un simple adjoint de sécurité (ADS) et sa mission est habituellement de patrouiller sur le périphérique parisien. Le jeune homme pourrait d'ailleurs quitter très prochainement la police. En effet, il arrive à la fin son contrat d'ADS de cinq ans. Passionné et bien décidé à rester dans ce métier qu'il adore, le fonctionnaire a récemment tenté le concours de gardien de la paix, mais il l'a raté. 

Dix jours d'ITT. Sa carrière dans la police devrait donc se terminer dans quelques mois. A moins que le ministre de l'Intérieur ne lui accorde une dérogation prévue par la loi pour acte de bravoure. Pour l'heure, le policier, qui s'est vu accorder dix jours d'ITT, a quitté l'hôpital où il était en observation. Cinq personnes soupçonnées d'être impliquées dans l'attaque de la voiture de police sont toujours en garde à vue.