Attentat des Champs-Elysées : qui est "Abu Yussef le Belge" cité dans la revendication de l'EI ?

  • A
  • A
Attentat des Champs-Elysées : qui est "Abu Yussef le Belge" cité dans la revendication de l'EI ?
Le suspect abattu sur les lieux de l'attaque n'est pas le même que celui désigné par Daech@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

Rapidement après l'attaque des Champs-Elysées jeudi soir, l'EI a revendiqué l'attentat commis selon l'organisation par Abu Yussef le Belge. Mais ce dernier n'est pas l'homme abattu par les forces de l'ordre...

La revendication de l'État islamique est tombée rapidement jeudi soir après l'attentat des Champs-Elysées, à Paris. L'organisation terroriste s'est attribué ce forfait, commis selon elle par "Abu Yussef le Belge". Problème : l'auteur de l'attentat des Champs-Élysées est un Français de 39 ans, qui a été formellement identifié par les services français. Qui est donc "Abu Yussef le Belge" ? S'agit-il d'un complice de l'homme abattu ? Le mystère est entier. 

L'assaillant est un Français de 39 ans. Avec cette revendication précoce, le groupe État islamique serait-il allé trop vite en besogne ? Aurait-il dévoilé l'identité d'un "combattant" qui ne serait pas encore passé à l'action ? C'est une hypothèse que semble accréditer la diffusion par les autorités belges d'une alerte dès jeudi. La police belge aurait prévenu plusieurs services de police français qu'"un individu très dangereux [serait] en route vers la France".

Cet homme de 35 ans a fait l'objet d'une perquisition à Anvers, car il devait être entendu dans une affaire en Belgique. À son domicile, les enquêteurs auraient alors découvert des armes, des cagoules et surtout un billet de train Thalys vers la France au départ de la Belgique à 6 heures le matin même de l'attentat. Les services de police français seraient activement à la recherche de ce deuxième homme, toujours en fuite vendredi matin, selon les informations d'Europe 1. "L'homme faisant l'objet d'un avis de recherche diffusé par les autorités belges s'est présenté dans un commissariat d'Anvers", a déclaré vendredi matin Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l’Intérieur. On ne sait pas en revanche s'il s'agit d'Abu Yussef le Belge...