Quatre Français sur dix jugent qu'il y a trop d'aides sociales

  • A
  • A
Quatre Français sur dix jugent qu'il y a trop d'aides sociales
Le gouvernement veut améliorer l'efficacité du dispositif d'aides sociales en France. Image d'illustration. @ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Selon un sondage Elabe publié vendredi, 40% des personnes interrogées estiment "trop élevé" le niveau des aides sociales en France. 

Quatre Français sur dix (40 %) estiment que le niveau des aides sociales en France est "trop élevé", selon un sondage réalisé par Elabe pour Les Échos, Radio Classique et l'Institut Montaigne, publié vendredi.

Interrogées sur le niveau des aides sociales en France, 40 % des personnes sondées l'estiment "trop élevé". Elles sont revanche 32 % à juger que ce niveau est "juste ce qu'il faut", et 28 % à l'estimer "pas assez élevé".

Pas assez d'aides pour la retraite selon 81% des sondés. "C'est un sujet qui partage l'opinion et qui crée du clivage droite-gauche dans une proportion qu'on n'avait pas vue depuis longtemps sur des questions économiques", souligne Bernard Sananès, président d'Elabe, dans Les Échos. Dans le détail, pour la retraite et la vieillesse, 81 % des sondés estiment que le niveau d'aides sociales n'est "pas assez élevé." 14 % le trouvent "juste ce qu'il faut" et 5 % "trop élevé".

Ils sont 64 % à le juger "pas assez élevé" en ce qui concerne la pauvreté, pour 20 % qui l'estiment, "juste ce qu'il faut" et 15 % "trop élevé". 63 % des sondés estiment pas "assez élevé" le niveau d'aides sociales dans le domaine de la santé. 28 % assurent qu'il est "juste ce qu'il faut", 8 % "trop élevé".

Un dispositif "injuste et illisible", selon Agnès Buzyn. Dans le domaine du chômage, 36 % jugent le niveau d'aides "juste ce qu'il faut", alors que 34 % le trouvent "trop élevé" et 30 % "pas assez élevé".

Le dispositif d'aides sociales, qualifié mercredi de "maquis injuste et illisible" par la ministre des Solidarités Agnès Buzyn, doit être passé au crible par le gouvernement, à la recherche d'"efficacité" mais aussi d'économies.

Enquête réalisée en ligne du 5 au 6 juin 2018 auprès de 1.002 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.