Prisonnier de la jalousie ? Quelques pistes pour s'en débarrasser

  • A
  • A
Prisonnier de la jalousie ? Quelques pistes pour s'en débarrasser
Le conjoint doit pouvoir rassurer sur la pérennité du couple.
Partagez sur :

Elle est difficile à vivre et fait souffrir. Bernard Geberowicz, psychiatre donne des clés pour se défaire de la jalousie sur Europe 1.

Faites-vous partie des 11% de Français qui se déclarent comme très jaloux ? Ou même des 46% qui disent l'être "un peu" ? Si vous avez répondu oui à l'une de ces questions, c'est peut-être le moment de mettre en pratique quelques conseils pour en finir avec ce sentiment. Bernard Geberowicz, auteur de J’arrête d’être jaloux(se) était l'invité mardi de Marion Ruggieri dans Il n'y a pas d'eux comme Elle sur Europe 1. Le psychiatre et thérapeute familial en a profité pour distiller quelques conseils pour arrêter de succomber à la jalousie. 

  • Reconnaître le fait d'être jaloux

C'est le premier pas. "Il faut d'abord reconnaître le fait d'être jaloux pour pouvoir changer de comportement. Cela permet de passer à l'étape de l'acceptation et enfin à celle du changement", indique le spécialiste. Selon lui, il faut aussi se méfier d'une "sorte d'addiction à l'excitation que donne la jalousie".

  • Identifier comment s'exprime la jalousie 

Etre jaloux peut se révéler sous différentes formes. Cela peut être le non respect de l'intimité de l'autre : lire des SMS, des mails, fouiller les poches,etc. Une personne jalouse peut aussi faire preuve d'une imagination débordante. Le jaloux met alors "sur les épaules de l'autre un scénario qui est un raisonnement à l'envers : il part de la conclusion, la tromperie" pour remonter le fil de l'histoire. Mettre au jour ces mécanismes aide à les combattre.

  • Partir sur de nouvelles bases en cas de tromperie 

Celui qui est jaloux après avoir été trompé "est échaudé, commente Bernard Geberowicz. Il faut construire une nouvelle relation et ne pas tenir uniquement compte de l’expérience", sous peine de ne pas évoluer et de reproduire le même schéma. "S'engager avec quelqu'un d'autre, c'est considérer que la personne est différente", analyse le psychiatre.

  • Prendre conscience de ce que l'autre subit

Selon le spécialiste, pour les jaloux et de manière générale pour tous, "l'empathie est une base de la relation de couple". Il est donc important de pouvoir se mettre à la place de son conjoint.

  • Rassurer sans se justifier : la mission du conjoint

Dernier conseil qui s'adresse cette fois à ceux qui vivent avec un jaloux. " Il faut tenter de rassurer l'autre sans se justifier parce que ce serait sans fin. Le partenaire ne doit pas s'imaginer que le jaloux essaye de le terroriser mais bien qu'il souffre. La clé serait de ne pas rassurer sur chaque fait et geste mais plutôt d'essayer de rassurer sur la pérennité de la relation.