Au Panthéon, les cercueils des deux résistantes seront vides

  • A
  • A
Au Panthéon, les cercueils des deux résistantes seront vides
Le Panthéon, à Paris (photo d'illustration)@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Les familles de Geneviève de Gaulle et de Germain Tillion ne souhaitent pas que les dépouilles quittent le caveau familial. Mais les cercueils ne seront pas vraiment vides.

Le Panthéon va accueillir mercredi quatre grands noms de la résistance. Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay vont en effet faire leur entrée dans ce temple des Grands hommes. A cette occasion, François Hollande prononcera un discours pour célébrer l'esprit de résistance. Et dès mardi, une cérémonie d'hommages est prévue en fin d'après midi à la Sorbonne, où les cercueils seront veillés toute la nuit par des militaires. Deux des cercueils ne contiendront toutefois aucune dépouille. Les familles de Germaine Tillion et de Geneviève de Gaulle-Anthonioz ont préféré que les dépouilles restent dans les caveaux familiaux. Mais c'est avant tout le symbole qui compte.

Les corps restent avec les dépouilles familiales. Ainsi, leur esprit sera au Panthéon, mais pas leur corps. L'Elysée a d'ailleurs accepté "avec une grand compréhension" la demande des deux familles. La mère de Germaine Tillion étant morte dans les chambres à gaz, "nous n'avons jamais pu faire notre deuil, faute de corps", racontent ses proches. Ils ne veulent donc pas revivre cette situation avec Germaine Tillion. La dépouille de l'ethnographe et ethnologue restera donc au cimetière de Saint-Maur-des-Fossés, dans le Val-de-Marne.

Une poignée de terre en guise de dépouille. La famille de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, elle, refuse que sa dépouille quitte le petit cimetière de Haute-Savoie, où elle est enterrée avec son mari. Leurs enfants ne veulent pas les séparer. "Elle avait une sépulture avec mon père, résistant savoyard, dans un petit village de Haute-Savoie, où il se sont mariés", détaille sa fille Isabelle. Dans le cercueil de Geneviève de Gaulle-Anthonioz au Panthéon, il y aura donc une poignée de terre mise dans une petite boite sculptée par un des enfants de cette résistante du réseau du musée de l’homme.

"J'avais entendu que la famille d'Aimé Césaire avait fait la même démarche pour que sa sépulture reste en terre de Martinique. Il nous semblait vraiment important de respecter cet état, cette situation. On est allé dans l'intimité la plus absolue, la plus familiale, prendre une poignée de terre au cimetière de ce petit village, qu'on a mis dans une boîte, en y ajoutant quelques petits souvenirs. Maman était quelqu'un d'assez discret, très aimante, d'extrêmement humain, donc on y va presque sur la pointe des pieds", confie sa fille, Isabelle Anthonioz-Gaggini, qui a écrit un ouvrage sur les deux femmes panthéonisées.

"Les femmes ont joué un rôle prépondérant" dans la résistance. Cette dernière s'enthousiasme donc que les deux femmes, très peu nombreuses dans le temple républicain, entrent au Panthéon. "Mais par contre, ça me semble important que tout le monde sache que les femmes ont joué un rôle vraiment prépondérant à ce moment là de l'histoire et que ce rôle doit être dans nos mémoires, compte-tenu de tout ce qui continue à se passer aujourd'hui en matière de droits de l'Homme", réagit-elle.

D'autres cercueils sans dépouille. Au Panthéon, les quatre cercueils seront tous dans la même crypte, à part, pas très loin d'André Malraux et de Jean Moulin. Des cercueils presque vides, il y en a d'autres. En 1920, la famille de Léon Gambetta n'a donné au Panthéon que son "cœur" et elle a gardé le reste de sa dépouille. Pour Jean Moulin, qui est mort torturé par les nazis, son corps n'a jamais été retrouvé et ce sont ces "cendres présumées " qui sont là au Panthéon.

Une infographie des quatre résistants entrant au Panthéon :

Infographie des résistants entrant au Panthéon