Pour Le Drian, la force Sentinelle "pas la plus compétente" en cas d'attaque de type Bataclan

  • A
  • A
Pour Le Drian, la force Sentinelle "pas la plus compétente" en cas d'attaque de type Bataclan
"Il y a des forces de police et de sécurité intérieure qui sont plus importantes et qui peuvent intervenir plus vite et plus efficacement", a insisté Jean-Yves Le Drian.@ AFP
Partagez sur :

Le ministre de la Défense a cependant assuré, jeudi, que les soldats feraient feu s'ils arrivaient premiers sur les lieux d'une attaque terroriste.

Les soldats de la force Sentinelle ne sont "pas les plus compétents" pour intervenir en cas d'attaque de type Bataclan, a estimé jeudi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, assurant cependant qu'ils feraient feu s'ils arrivaient les premiers sur les lieux.

"Il y a des forces plus importantes". "Le principe c'est que dans un lieu clos avec potentialité de prise d'otages, la force Sentinelle n'est pas la plus compétente", a souligné le ministre lors d'une audition tendue devant la commission d'enquête parlementaire sur les moyens mis en oeuvre par l'État pour lutter contre le terrorisme. "Il y a des forces de police et de sécurité intérieure qui sont plus importantes et qui peuvent intervenir plus vite et plus efficacement", avec un "savoir-faire" précis en la matière, a insisté Jean-Yves Le Drian.

Ordres contraires. "En cas de péril imminent, (si) la force Sentinelle est primo-arrivante elle intervient (....), on fait feu", a-t-il toutefois ajouté. "Sauf s'il y a un ordre inverse." Le président de la commission d'enquête, Georges Fennech (Les Républicains), est longuement revenu sur le cas des militaires qui se trouvaient à proximité du Bataclan le 13 novembre 2015 mais ne sont pas intervenus.

"Je ne vais pas vous le dire quinze fois (...), la force Sentinelle avait des ordres contraires" de la préfecture de police de Paris, a martelé le ministre. Pourquoi les militaires n'ont-ils pas alors prêté leurs fusils d'assaut aux policiers que le leur demandaient ? "Il faut d'abord obéir aux ordres et en plus on ne prête jamais ses armes !", a asséné Jean-Yves Le Drian.