Pour avorter, prenez un jour de congé : la proposition des gynécologues qui passe mal

  • A
  • A
Pour avorter, prenez un jour de congé : la proposition des gynécologues qui passe mal
@ AFP
Partagez sur :

Le Syndicat national des gynécologues s'insurge de la possibilité donnée aux sages-femmes de délivrer des arrêts de travail liés à une IVG médicamenteuse.

Depuis le 5 juin dernier, les sages-femmes sont autorisées à pratiquer des interruptions volontaires de grossesse (IVG) médicamenteuses. Avec l'entrée en vigueur de cette mesure comprise dans la loi de modernisation du système de santé elles peuvent, également, délivrer des arrêts de travail aux femmes qui souhaiteraient avorter, de quatre jours renouvelables, le jour de l'intervention ou les jours d'après. Mais pour le Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France (Syngof), cette mesure comporte des risques pour les patientes… et peut porter atteinte à l'égalité homme-femme. Un argumentaire qui a du mal à passer, à en juger par le nombre de réactions indignées.

Un "risque pour la population". Pour le Syngof, cette mesure met les gynécologues en retrait, et cela n'est pas sans risque pour les patientes. Avec cette mesure, adoptée par décret le 5 juin, l'exécutif "ne mesure pas bien le risque qu’[il] fait encourir à la population, en voulant masquer la carence organisée des gynécologues", lit-on sur le site du syndicat. Selon eux, un arrêt de travail doit être corrélé à une pathologie. Or, c'est aux médecins – et dans ce cas-là, aux gynécologues – de dire si la patiente doit bénéficier ou non d'un d'arrêt de travail, et non aux sages-femmes. "Ce décret rendant possible la prescription d’un arrêt de travail, renouvelable une fois, apparaît comme les prémices d’une médecine pleinement exercée par une profession qui ne l’a jamais apprise, avec les risques que cela comporte pour les patientes", renchérissent les praticiens sur leur site.

"Si on considère que la femme est l'égale de l'homme"… Mais les gynécologues ne se contentent pas de brandir la menace de santé publique. Dans un post Facebook, la gynécologue Elisabeth Paganelli, secrétaire générale du Syngof, invoque l'argument de l'égalité homme-femme. "Si on considère que la femme est l'égale de l'homme au sein du travail et qu'elle puisse enfin être payée comme l'homme et avec égalité, il faut que les professionnels de santé évitent les arrêts de travail injustifiés à leurs patientes", avance-t-elle. Selon la praticienne, le jour de l'IVG, mieux vaut prendre un jour de congé. Et mieux vaut ne pas prescrire d'arrêt de travail après l'avortement en l'absence de complications constatées par un médecin. Si "tout se passe bien", "on propose à la patiente de choisir le jour de l’expulsion un jour férié avec un adulte […] ou de poser un jour de congé (cela lui évite de donner un arrêt de travail à son employeur et de craindre de devoir s’expliquer avec ses collègues)", détaille-t-elle, se basant sur sa propre pratique.

"Peu sensible à la réalité des travailleuses". Un argumentaire loin de convaincre tout le monde, à l'image de la réaction de la bloggeuse féministe du Monde, Marie-Hélène Lahaye : "Depuis le confort de son cabinet libéral, Elisabeth Paganelli doit être peu sensible à la réalité des travailleuses pour lesquelles il n’est pas toujours aisé d’obtenir un congé un jour précis, surtout sans en expliciter la raison, ce qui les expose d’autant plus au risque de devoir évoquer devant son employeur sa nécessité d’avorter, ou d’inventer un quelconque mensonge".

"En formation initiale, les sages-femmes ont plus d’heures de gynécologie que les médecins !", souligne pour sa part Chantal Birman, de l'Union nationale et syndicale des sages-femmes (UNSS), citée par Libération. Et de renchérir : "les sages-femmes connaissent les femmes, leurs ambiguïtés, elles ne sont pas dans des logiques de pouvoir, de hiérarchies. A chaque nouvelle compétence acquise, on se rend compte que les femmes sont mieux traitées, plus écoutées".

Une position "profondément réactionnaire".Dans un post Facebook, adressé à Elisabeth Paganelli, l'écrivain et médecin Martin Winckler en remet une couche. Il estime que l'IVG comprend notamment des risques de souffrance psychologique. Et qu'il revient aux patientes d'orienter le médecin et/ou la sage-femme sur leurs besoins en arrêt de travail, et non à un médecin de décider seul.

"Un arrêt de travail ne peut pas être décidé a priori. C’est la femme qui sait en quoi une IVG perturbe ou non sa vie, et c’est à elle de dire ce qui rendra les choses confortables", estime l'ancien chercheur associé au Centre de recherches en éthique à l'Université de Montréal (Creum). "Ce qu’on accorde aux hommes qui ont un lumbago ou une colique néphrétique (de dire s’ils se sentent capables ou non de retourner au boulot), les femmes y ont droit elles aussi. [… ] Votre position sur le sujet n’est pas seulement dénuée d’empathie, elle est aussi profondément réactionnaire", conclut l'essayiste.