Paris : une école de commerce au cœur d'une filière d'immigration illégale

  • A
  • A
Paris : une école de commerce au cœur d'une filière d'immigration illégale
@ AFP
Partagez sur :

L'établissement, situé dans le 15e arrondissement de Paris, permettait à de faux étudiants chinois d'obtenir des visas français.

C’est une école de commerce située dans le 15ème arrondissement de Paris, un établissement des plus normaux… en apparence. L'établissement était en fait la clé de voûte d’une filière d’immigration clandestine, qui permis l’entrée de plus de 1.000 Chinois en France, selon Le Figaro. Le quotidien relate une vaste opération policière, organisée simultanément à Paris, dans sa périphérie et en Ardèche, au cours de laquelle 180.000 euros de chèques sans ordre et 80.000 euros en liquide ont été saisis le 7 décembre.

Vrais et faux étudiants. "Le mode opératoire, assez simple, était quasiment imparable", a expliqué au quotidien le commissaire divisionnaire Julien Gentile, qui dirige l'Office central pour la répression de l'immigration irrégulière et de l'emploi des étrangers sans titre (Ocriest). Les vrais étudiants et les immigrants illégaux payaient les mêmes tarifs - compris entre 2.800 et 4.200 euros, ceux des différents cursus de l’établissement. Les faux étudiants recevaient, en échange de ces sommes, des documents attestant leur fréquentation de l’école et leur permettant d’obtenir un visa : certificats de scolarité, relevés de notes, diplômes.

Un établissement déjà mis en cause.L'Ocriest enquêtait depuis un an sur cette filière. C’est un officier de liaison de la Direction de la coopération internationale qui a lancé l’alerte depuis Pékin : il a constaté une augmentation de demande de visas d’étudiants, qui avaient tous l’intention d’étudier dans la même école. D’après Le Figaro, un trafic de "documents scolaires" avait déjà eu lieu dans l’établissement en 2012.

Blanchiment d'argent à Paris et en Ardèche. L’argent sale était blanchi dans des réseaux de banditisme de la banlieue est de Paris, ainsi que dans un restaurant tenu par l’ex-femme du directeur de l’école, détaille Le Figaro. Des opérations facilitées par le fait que les chèques des étudiants factices étaient envoyés sans ordre. Le rectorat de Paris, inquiété par ces fraudes, a mis en place un numéro d’appel pour les étudiants internationaux.