Paris : le stationnement payant bientôt contrôlé par des "flasheuses" ?

  • A
  • A
Paris : le stationnement payant bientôt contrôlé par des "flasheuses" ?
Les amendes pourraient bientôt être dématérialisées.@ JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :

L'utilisation de véhicules flashant les plaques d'immatriculation pour vérifier le bon paiement du stationnement au parcmètre pourrait voir le jour à Paris dès 2018.

Et si les fraudeurs de parcmètres dans la capitale étaient détectés par des "flasheuses" ? La société française Indigo, qui gère des véhicules équipés d’un système de lecture automatisée des plaques d’immatriculation (LAPI), a postulé pour importer son expertise à Paris et dans une vingtaine de communes de l'Hexagone, après le succès remporté à Madrid, indique Le Parisien dimanche.

Jusqu'à 1.500 voitures contrôlées par heure. Alors qu’à Paris, le taux de paiement dans les parcmètres est de seulement 10%, il est de 85% à Madrid. Ce résultat s’explique par le déploiement, depuis trois ans, dans la capitale espagnole de voitures et scooters équipés du système LAPI. Ces derniers permettent de contrôler dix fois plus de véhicules qu’un policier, à raison de 1.500 par heures en voiture, et 600 par heure en scooter, et de vérifier directement s’ils ont bien payé ou non le stationnement.


Les caméras du système LAPI permettent de flasher toutes les plaques des véhicules stationnés, simultanément des deux côtés de la rue. Via une transmission satellite, le système informatique central vérifie si les voitures ont bien payé leur stationnement. Une condition toutefois pour que le système fonctionne : les automobilistes doivent rentrer leur plaque d’immatriculation dans l’horodateur, ou dans leur smartphone, pour être identifiés dans le système LAPI.

Les amendes gérées par les villes au 1er janvier. Une vingtaine de voitures flasheuses pourraient donc circuler en 2018 à Paris, selon Le Parisien. Cette annonce intervient alors que les amendes relatives au stationnement vont changer au 1er janvier 2018, dans 800 communes de l’Hexagone : la "dépénalisation du stationnement" prévoit que la Ville récupère la gestion des amendes. Ces amendes ne seront plus matérialisées par un procès-verbal mais par un "forfait post-stationnement" à régler à la Ville, qui peut par ailleurs en confier la gestion à des entreprises privées.