Orléans : priorité aux SDF français ?

  • A
  • A
Orléans : priorité aux SDF français ?
@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

SOCIAL - La mairie d'Orléans a demandé à une association qui vient en aide aux SDF de ne pas mélanger le social et l'humanitaire. 

Choisir entre humanitaire et action sociale ? Voici ce que la mairie d'Orléans aurait demandé à une association caritative de sa ville qui a vu, par ailleurs, sa subvention baisser de 20%. Officiellement, la mairie avance des raisons budgétaires mais le Relais Orléanais, lui, est persuadé qu'on lui demande de choisir entre les nécessiteux locaux et ceux qui viennent de l'étranger. 

"Juste un morceau de pain". Dans le réfectoire fraîchement repeint du Relais orléanais, des sans abri finissent leur repas, pour certains, le seul de la journée. D'autres dorment sur un canapé après une nuit difficile passée dehors. Réfugiés, retraités, familles… les profils sont très divers et plusieurs langues se font entendre, français, russe ou encore arabe. "C'est un coin où on se retrouve, c'est important parce que malheureusement, on se trouve dans une situation pas facile", rapporte une des bénéficiaires. "Moi, je viens juste chercher un morceau de pain", confie un autre? qui ajoute qu'il n'est pas un voleur. 

"On fait beaucoup de choses que la ville n'a pas à faire". Philippe, l'un des bénévoles, craint cependant d'avoir bientôt à trier les SDF qui se font aider par le Relais orléanais. La semaine dernière, la mairie a en effet formulé une demande insolite : ne pas mélanger l'humanitaire et le social. 

"Il n'y a pas de crise humanitaire à Orléans", souligne Philippe. "Il y a du social à gérer, des migrants qui errent et qui sont en situation très difficile. Ces gens que nous n'accueillons pas, vous les retrouvez dans les rues de la ville", ajoute-t-il. Il se demande si du côté de la mairie, "ils se sont posé la question des conséquences que pourraient apporter la diminution de la subvention alors qu' on fait beaucoup de choses que la ville n'a pas à faire". 

La mairie, elle, se défend en avançant que cette année les subventions ont baissé pour toutes les associations. Selon elle, le Relais orléanais est même celle qui reçoit le plus d'argent.  

>> LIRE AUSSI - La France compte 30.000 enfants SDF 

>> LIRE AUSSI - SDF morts de froid : la responsabilité de l'État en question

>> LIRE AUSSI - Angoulême : les grillages anti-SDF retirés des bancs publics