Neige et verglas : le froid s'accentue, appel à la vigilance maintenu en raison du gel

  • A
  • A
Partagez sur :

Vingt-sept départements ont été placés en vigilance orange en raison de chutes de neige prévues dans la nuit de jeudi à vendredi.

L'ESSENTIEL

La zone de vigilance météo a été élargie jeudi dans l'après-midi à un axe allant de la frontière belge au centre de la France, qui sera concernée par un "nouvel épisode neigeux notable" vendredi. Au total, 27 départements ont été placés en vigilance orange en raison de chutes de neige prévues dans la nuit de jeudi à vendredi.

Les principales informations à retenir

  • Vingt-sept départements sont en vigilance orange

  • Le trafic sera interdit aux poids lourds vendredi

  • De nouvelles chutes de neige sont attendues

LE POINT ROUTE

Le trafic relativement fluide jeudi. Le trafic automobile est resté fluide en région parisienne jeudi : le site d'information routière Sytadin a comptabilisé 113 kilomètres de bouchons cumulés vers 17 heures, deux fois moins que la moyenne habituelle à cette heure-là (225 km). Les automobilistes ont "bien respecté les consignes de ne pas sortir leurs véhicules", s'est félicitée la préfecture de police de Paris (PP) dans un communiqué.

La RN118 fermée jusqu'à samedi. La préfecture de police a précisé jeudi soir que la circulation sur la N118 (entre les Ulis et Pont de Sèvres) sera fermée jusqu'au samedi 10 février 12 heures.

Trafic interdit aux poids lourds. Rouverte depuis jeudi 9 heures, la circulation des poids lourds en région parisienne sera de nouveau interdite entre vendredi 5 heures et samedi midi.

LE POINT TRANSPORTS

À Paris, trafic normal. Les aéroports parisiens d'Orly et Roissy fonctionnaient normalement, tout comme le métro, le RER et les tramways (à l'exception du T6), et 93% des 300 lignes de bus circulaient jeudi après-midi, selon la RATP.

Trafic "quasi normal" pour les TGV. Après des situations tendues dans certaines gares parisiennes, la SNCF annonçait, elle, un trafic "normal ou quasi normal" pour les TGV et "2 trains sur 3" en Île-de-France. Les temps de trajets devaient néanmoins être "sensiblement rallongés" sur les TGV à destination de la Bretagne, des Pays de la Loire et de l'Aquitaine.

Des transports scolaires suspendus vendredi.  Les conditions de circulation peuvent devenir rapidement très difficiles sur l'ensemble du réseau vendredi. La région des Hauts-de-France a d'ores et déjà annoncé la suspension des transports scolaires et interurbains vendredi dans ses cinq départements. Le ramassage scolaire restera par ailleurs suspendu en Essonne, dans les Yvelines, le Val-d'Oise et la Seine-et-Marne.

Neige : que risquez-vous si vous n'avez pas pu aller travailler ?

Des accidents liés au verglas. Côté accidents, "il y a eu une augmentation des appels reçus (au 15) et identifiés pour des motifs traumatologiques, pour tout ce qui est accidents liés au verglas", a indiqué l'Agence régionale de santé d’Île-de-France. L'organisme a aussi noté "une activité (aux urgences) un peu plus soutenue que d'habitude mais tout est sous contrôle".

LE POINT MÉTÉO

Des gelées généralisées. Vingt-sept départements ont été placés en vigilance orange neige et verglas jeudi après-midi par Météo-France. "Les gelées vont se généraliser de nouveau la nuit prochaine (de jeudi à vendredi) sur les départements placés en vigilance orange", précise Météo-France.

Des hauteurs de neige inférieures à celles de mardi. "Les hauteurs de neige attendues seront inférieures à celles de l'épisode de mardi à mercredi dernier", précise toutefois Météo-France, qui prévoit une nouvelle couche de 3 à 7 centimètres. Les prévisionnistes annoncent aussi une nouvelle nuit très froide avec des températures pouvant localement frôler les -10°C. "Donc attention, ça va encore glisser", a prévenu Frédéric Nathan.

Pompiers et urgentistes mobilisés

La brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) est intervenue près de 500 fois jeudi matin entre 7 heures et 11h30 pour des personnes blessées par une chute à cause du verglas, soit près d’un blessé toutes les 30 secondes. La plupart des blessés ont été soignés sur place. La majorité de ces interventions ont été faites dans la proche banlieue de la capitale. Il s’agit principalement de blessures au poignet et des membres supérieurs sur lesquels les victimes se réceptionnent au moment de la chute.

Au micro d'Europe 1 jeudi midi, le docteur Frédéric Adnet, chef du Samu 93 et des urgences à l'hôpital Avicenne de Bobigny, confirme une augmentation des cas de "petite traumatologie". "Plus de 80% des chutes surviennent dès les premiers pas", indique le médecin, qui conseille donc de redoubler de vigilance au moment où l'on sort de son domicile. Il souligne aussi l'importance de porter des chaussures aux semelles crantées, ou recouvertes de vieilles chaussettes, de marcher "à petits pas". Si la chute survient malgré tout, faîtes le 15. Les routes étant majoritairement dégagées, les secours interviennent dans des délais normaux.