NDDL : les zadistes dénoncent le coût environnemental de l'expulsion

  • A
  • A
NDDL : les zadistes dénoncent le coût environnemental de l'expulsion
Depuis le début des expulsions il y a deux semaines, quelque 2.500 gendarmes sont mobilisés sur la ZAD. @ AFP
Partagez sur :

"L'herbe est empoisonnée, elle est jonchée de déchets plastiques", a dénoncé un zadiste, mardi lors d'une conférence de presse. 

Les occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ont dénoncé mardi le coût environnemental "considérable" de l'opération d'expulsion menée par la gendarmerie, dont les grenades ont, selon eux, pollué l'eau et les prairies. 

"L'herbe est empoisonnée, elle est jonchée de déchets plastiques. Le plastique est intégré dans le sol. Les fossés sont remplis de substances explosives. Ça a un impact environnemental considérable sur la qualité de l'eau", a pointé Jean-Marie, "naturaliste en lutte", au cours d'une conférence de presse sur la ZAD. "On est en pleine période de nidification et de reproduction des animaux. L'opéra qui se déroule sous nos yeux, c'est le massacre du printemps", a-t-il ajouté.

2.500 gendarmes mobilisés. Depuis le début des expulsions il y a deux semaines, quelque 2.500 gendarmes sont mobilisés sur la ZAD. Les forces de l'ordre ont essuyé cocktails Molotov, pierres ou bouteilles en verre, répliquant par le jet de 11.000 grenades, dont 10.000 lacrymogènes.

Les occupants de la ZAD, opposés au projet d'aéroport abandonné, avaient jusqu'à lundi à minuit pour déposer une fiche nominative présentant le projet agricole qu'ils entendent mettre en oeuvre, afin d'obtenir une régularisation de leur activité. Dès vendredi, une délégation d'occupants avait déposé une quarantaine de projets à la préfecture de Loire-Atlantique, comme l'exigeait le gouvernement.