Najat Vallaud-Belkacem met en garde contre l'application "Gossip"

  • A
  • A
Najat Vallaud-Belkacem met en garde contre l'application "Gossip"
La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem. @ AFP
Partagez sur :

La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, appelle le personnel enseignant à une "extrême vigilance" face à l'application "Gossip" qui suscite la polémique depuis plusieurs jours. 

Sa réaction était attendue. La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, a appelé mercredi "à une extrême vigilance sur la teneur des messages qui seraient mis en ligne" sur "Gossip". L'application, actuellement suspendue, permet de diffuser des rumeurs via des messages, des photos ou des vidéos. Des messages rédigés en moins de 140 signes et qui s'autodétruisent au bout de 10 secondes. 

"Affecter un climat serein". Dans un communiqué, Najat Vallaud-Belkacem demande aux recteurs d'académie, avec l'aide des chefs d'établissement des lycées et collèges, de signaler aux procureurs de la République "tous propos injurieux ou diffamatoires proférés à l'encontre d'élèves ou de personnels". Selon elle, "la réouverture de cette application pourrait venir affecter un climat serein au sein des établissements".



"Les dangers du cyberharcèlement". La ministre réaffirme aussi "la lutte contre le harcèlement scolaire comme l'une de (ses) priorités" et dit vouloir continuer à "prévenir des dangers du cyberharcèlement". 

La polémique "Gossip". Depuis plusieurs jours, l'application "Gossip" est au cœur d'une polémique. Des syndicats de lycéens et des associations de lutte contre le harcèlement scolaire demandent son interdiction pure et simple. Ils affirment que l'application est un outil qui favorise le harcèlement, en particulier en milieu scolaire. Sa créatrice, Cindy Mouly, qui a accordé une interview à Europe 1, a décidé de suspendre un temps l'application afin de mieux renforcer les conditions d'utilisateur. La plateforme sera ainsi interdite aux mineurs même si l'on doute que cela en dissuade certains de l'obtenir de manière détournée.