Mur de verre à la tour Eiffel : "Ce n'est pas une bunkerisation"

  • A
  • A
Partagez sur :

Un mur de verres "antiballes" pourrait entourer le parvis du monument dès l'automne 2017. Jean-Christophe Martins, en charge du tourisme à la mairie de Paris, explique au micro d'Europe 1 qu'il faut rassurer les touristes.

INTERVIEW

Le projet laisse sceptique les touristes. Dès l'automne, un mur de verre "anti-balles" de 2,50 mètres de haut qui devrait entourer le parvis de la tour Eiffel dès cet automne. Le but est de sécuriser l'un des plus célèbres monuments de Paris face à la menace terroriste. Objectif : rassurer les touristes et éviter tout nouveau drame, explique au micro d'Europe 1 Jean-Christophe Martins, en charge du Tourisme à la mairie de Paris.

L'actuel dispositif "très moche". "Il ne s'agit pas d'une 'bunkerisation'", indique l'élu, expliquant qu'un dispositif constitué de barrières est déjà mis en place au pied de la dame de fer. Un dispositif à la base "temporaire", installé pendant l'Euro et qui avait été maintenu pour des questions de sécurité. "Mais c'est très moche", admet Jean-Christophe Martins.

Le "mur de verre" ne sera d'ailleurs peut-être pas constitué de vitres : "un appel d'offres a été lancé", précise l'élu en charge du Tourisme. "Il s'agit de protéger contre les intrusions. On pense aussi à des grilles ou du fer forgé".

La tour Eiffel : un espace ouvert et difficile à surveiller. À l'inverse du Louvre, où des militaires en patrouille ont été agressés la semaine dernière et où l'accès se fait par un bâtiment, la tour Eiffel est "un espace ouvert", "difficile à surveiller", notamment des intrusions.

"Ce qui inquiète les touristes, c'est qu'il y ait des attentats", explique Jean-Christophe Martins. "Il ne faut pas qu'il y ait d'attentats sur le lieu le plus emblématique" de Paris, conclut-il.