"Moi(s) sans tabac": 180.000 personnes ont participé

  • A
  • A
"Moi(s) sans tabac": 180.000 personnes ont participé
Les Français sont plus nombreux à fumer que la moyenne européenne.@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

Cette initiative inédite a séduit les fumeurs désireux d'arrêter le tabac. Appels téléphoniques et consultation du site Tabac Info Service ont fortement augmenté.

Environ 180.000 Français ont participé au "Moi(s) sans tabac", une initiative inédite en France pour inciter les fumeurs à arrêter de fumer pendant au moins 30 jours, qualifiée de "franc succès" par le ministère de la Santé. Selon le site de l'initiative, 180.158 participants étaient inscrits jeudi matin.

Des kits distribués. Plus de 620.000 kits d'aide à l'arrêt du tabac ont par ailleurs été distribués, en pharmacie ou en téléchargement, a précisé le ministère. Ces kits comprenaient un livret de conseils, un badge, un agenda pour visualiser les 30 jours d'arrêt du tabac ou encore un disque pour calculer les économies ainsi réalisées, en fonction de sa consommation.

Plus d'appels à Tabac Info Service. Les autres outils mis en place ont également été plébiscités : plus de 72.000 fumeurs se sont inscrits sur l'application d'accompagnement Tabac Info Service, le nombre de visiteurs du site internet tabac-info-service.fr a été multiplié par 4, avec 1,3 million de visites de mi-octobre à mi-novembre, et la ligne téléphonique de Tabac Info service a reçu plus de 15.000 appels en octobre et novembre, soit une augmentation de 35% par rapport à la même période en 2015. Le forfait annuel de remboursement des substituts nicotiniques a par ailleurs été porté à 150 euros depuis le 1er novembre, contre 50 euros auparavant. 

73.000 décès chaque année. Ce "premier défi de santé publique grandeur nature jamais organisé en France" s'inspirait d'une initiative comparable menée au Royaume-Uni depuis 2012, "Stoptober", qui encourage à l'arrêt du tabac durant le mois d'octobre. Outre-Manche, les fumeurs ne représentent plus aujourd'hui que 18% de la population de plus de 15 ans, contre près d'un tiers en France, un des mauvais élèves européens, avec 73.000 décès attribués chaque année au tabac.